Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Téhéran menace de stopper ses ventes de pétrole à d'autres pays européens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/02/2012

Après la France et la Grande-Bretagne, l'Iran a menacé d'arrêter ses ventes de brut à d'autres pays européens si ces derniers poursuivaient leurs "actions hostiles" contre Téhéran. L'Italie, l'Espagne et la Grèce sont notamment visés.

AFP - L'Iran va stopper ses ventes de pétrole à d'autres pays européens que la France et la Grande-Bretagne si l'Europe poursuit ses "actions hostiles" contre Téhéran, a affirmé lundi le président de la compagnie nationale iranienne du pétrole NIOC Ahmad Ghalebani.

M. Ghalebani, cité par l'agence Mehr, a mentionné nommément l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Grèce, le Portugal et les Pays-Bas comme susceptibles d'être frappés par cette mesure. Cette dernière répond à l'embargo décidé en janvier par l'Union européenne sur l'achat de pétrole iranien dans le cadre d'un renforcement de ses sanctions contre le programme nucléaire iranien controversé.

Téhéran a annoncé dimanche qu'il arrêtait toute vente de pétrole à la France et à la Grande-Bretagne, les deux pays de l'UE les plus en pointe pour promouvoir les sanctions contre l'Iran.

Cette mesure est largement symbolique, Londres et Paris ayant quasiment arrêté toute importation de brut iranien dans la perspective de l'embargo de l'UE devant prendre totalement effet le 1er juillet prochain.

L'Italie, l'Espagne et la Grèce, qui reçoivent l'essentiel des exportations de brut iraniennes vers l'Europe, pourraient en revanche être pénalisées si Téhéran mettait sa nouvelle menace à exécution. Le brut iranien représente quelque 30% des importations de la Grèce et 13% de celles de l'Italie, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Très certainement, si les actions hostiles (de l'UE contre l'Iran) continuent, les exportations de pétrole vers ces pays vont être coupées", a affirmé M. Ghalebani.

L'Iran a vendu en 2011 quelque 500.000 barils/jours, soit près de 20% de ses exportations de brut, à l'Union européenne.

M. Ghalebani a toutefois indiqué qu'"actuellement ce volume a baissé", sans préciser dans quelles proportions.

Il a également à nouveau assuré que Téhéran n'aurait aucun mal à vendre le pétrole jusqu'alors exporté vers l'Europe, affirmant qu'"à l'heure actuelle, la demande pour le pétrole iranien a augmenté sur les marchés internationaux".

Le patron de la NIOC a par ailleurs assuré que "le prix du pétrole iranien est passé de 102 à 123 dollars le baril depuis que la question d'un embargo a commencé à être évoquée" par l'Europe à la fin de 2011.

"Dans la situation actuelle du marché, le prix du baril va atteindre probablement les 150 dollars", a-t-il pronostiqué.

Les prix du pétrole ont grimpé lundi sur les marchés internationaux pour atteindre leur plus haut niveau depuis neuf mois, après l'annonce de la cessation des ventes de brut iranien à la France et la Grande-Bretagne qui a alimenté la nervosité des marchés.
 

Première publication : 20/02/2012

  • IRAN

    Retour des inspecteurs de l’AIEA dans un contexte de vive tension

    En savoir plus

  • IRAN

    Téhéran stoppe ses ventes de pétrole à la France et au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • IRAN

    Ahmadinejad entend baisser ses exportations de pétrole vers l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)