Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

Paris rappelle son ambassadeur à Kigali

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/02/2012

Le Quai d’Orsay a rappelé l’ambassadeur français en poste à Kigali afin de protester contre le refus des autorités rwandaises d’agréer son successeur, une proche du ministre Alain Juppé selon le magazine "Jeune Afrique".

AFP - La France a décidé de rappeler pour consultations son ambassadeur à Kigali après le refus des autorités rwandaises d'agréer son successeur, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères.

"Les autorités rwandaises ont refusé de donner cet agrément" et "nous avons rappelé notre ambassadeur (Laurent Contini) pour consultations afin d'étudier la situation", a déclaré lors d'un point-presse un porte-parole du ministère, Vincent Floréani.

L'hebdomadaire Jeune Afrique avait révélé un peu plus tôt le refus à la mi-février par Kigali de la nomination d'Hélène Le Gal, actuellement consul de France au Québec. Selon Jeune Afrique, le refus rwandais est motivé par le fait qu'Hélène Le Gal "serait trop proche du ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, considéré depuis toujours comme hostile au pouvoir en place à Kigali".

Vincent Floréani n'a ni confirmé ni infirmé cet élément dans sa réponse.

"Les relations entre la France et le Rwanda n'ont cessé de se renforcer depuis la visite du chef de l'Etat (Nicolas Sarkozy) à Kigali en février 2010, qui a scellé au plus haut niveau la relance politique et économique entre nos deux pays", a-t-il souligné.

"La bonne qualité de nos relations bilatérales est illustrée par les visites récentes en France de Mme Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires étrangères, en juillet 2011, et du président Paul Kagamé en septembre", a-t-il ajouté.

Lors de ces deux visites, Alain Juppé n'avait, pour la première, pas reçu son homologue et, pour la deuxième, était absent de France avec un long voyage opportunément organisé à l'autre bout du monde.

Après sa prise de fonctions en mars 2011 au Quai d'Orsay, Alain Juppé avait dit n'avoir aucune intention "ni de serrer la main" de Paul Kagame ni de se rendre au Rwanda, tant qu'y circulerait un rapport accusant la France de complicité avec les génocidaires, rapport que le ministre avait qualifié de "tissu de mensonges et d'inventions".

A l'époque du génocide de 1994, Alain Juppé était déjà chef de la diplomatie française.
 

Première publication : 20/02/2012

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame

    En savoir plus

  • RWANDA

    La justice rejette la demande d'extradition de la veuve du président Habyarimana

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    France-Rwanda : les dossiers qui fâchent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)