Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Moyen-orient

Un journaliste démissionne pour dénoncer la campagne de désinformation du régime

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2012

Ex-journaliste de la chaîne d’État syrienne, Hani al-Malathi a quitté ses fonctions la semaine dernière pour ne plus "participer à la campagne de désinformation orchestrée par le régime". FRANCE 24 l'a interviewé.

Réfugié à Dubaï depuis le mois d’août, Hani al-Malathi, un ancien présentateur du journal télévisé de la chaîne d’État syrienne, a annoncé sa démission la semaine dernière. Dans un entretien accordé à FRANCE 24, le journaliste affirme ne plus vouloir travailler dans son pays, en proie à un soulèvement populaire contre le pouvoir depuis le mois de mars 2011. "Je ne suis pas rentré en Syrie depuis le mois d’août et je ne rentrerai pas, car j’avais le sentiment de participer à la campagne de désinformation orchestrée par le régime", déclare-t-il.



Dès le début de la crise, les médias officiels syriens, qui dépendent directement du ministère syrien de l’Information, ont minimisé l’ampleur de la contestation dirigée contre Bachar al-Assad et nié la campagne de répression systématique des opposants. Ils ont notamment décrit les manifestants comme des "moundassines" ("infiltrés", en français) et des gangs terroristes. Hani al-Malathi confie que l’objectif principal du régime était alors de ternir l'image de l’opposition pour la décrédibiliser. "Par conséquent, les informations diffusées par les chaînes d’État ou privées étaient clairement fausses, car le régime cherche absolument à faire croire qu’il ne se passe rien de grave dans le pays et que le reste n’est que complots et manipulations orchestrées par les médias étrangers", explique-t-il. Celui-ci affirme également qu’il est par exemple interdit de donner la parole à l’antenne à quiconque viendrait contredire la version officielle.

"Porte-parole du régime"

"En se comportant comme un porte-parole du régime, tout en jouant la carte de la provocation et de la désinformation, la télévision d’État a jeté de l’huile sur le feu au lieu de calmer les esprits, ce qui a contribué à radicaliser la colère de la rue et à approfondir les rancœurs entre les citoyens", poursuit encore Hani al-Malathi. "Il est irresponsable de consacrer 30 minutes d’un journal télévisé à la prétendue propagande diffusée par les médias étrangers sans évoquer ne serait qu’une fois la violence des services sécuritaires. Tout comme il est provocateur de diffuser des célébrations appuyant le pouvoir tandis qu’au même moment, des familles de victimes de la répression enterrent leurs morts."

Selon le journaliste, les médias officiels syriens ont, de fait, perdu toute crédibilité. Il estime aussi qu’il ne reste plus aucune "personne censée" dans le pays qui puisse accepter de croire à une telle version des faits, y compris au sein des médias officiels. "Seuls 10 % des journalistes syriens travaillant dans ces chaînes continuent de croire les informations qu'elles diffusent, les autres se taisent car ils ont peur", conclut Hani al-Malathi.

Première publication : 20/02/2012

  • SYRIE

    L'armée tire sur la foule en deuil à Damas

    En savoir plus

  • "Il creuse sa propre tombe sous le feu des tirs de snipers"

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Les vidéos amateur de l'offensive sur Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)