Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Moyen-orient

Un journaliste démissionne pour dénoncer la campagne de désinformation du régime

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/02/2012

Ex-journaliste de la chaîne d’État syrienne, Hani al-Malathi a quitté ses fonctions la semaine dernière pour ne plus "participer à la campagne de désinformation orchestrée par le régime". FRANCE 24 l'a interviewé.

Réfugié à Dubaï depuis le mois d’août, Hani al-Malathi, un ancien présentateur du journal télévisé de la chaîne d’État syrienne, a annoncé sa démission la semaine dernière. Dans un entretien accordé à FRANCE 24, le journaliste affirme ne plus vouloir travailler dans son pays, en proie à un soulèvement populaire contre le pouvoir depuis le mois de mars 2011. "Je ne suis pas rentré en Syrie depuis le mois d’août et je ne rentrerai pas, car j’avais le sentiment de participer à la campagne de désinformation orchestrée par le régime", déclare-t-il.



Dès le début de la crise, les médias officiels syriens, qui dépendent directement du ministère syrien de l’Information, ont minimisé l’ampleur de la contestation dirigée contre Bachar al-Assad et nié la campagne de répression systématique des opposants. Ils ont notamment décrit les manifestants comme des "moundassines" ("infiltrés", en français) et des gangs terroristes. Hani al-Malathi confie que l’objectif principal du régime était alors de ternir l'image de l’opposition pour la décrédibiliser. "Par conséquent, les informations diffusées par les chaînes d’État ou privées étaient clairement fausses, car le régime cherche absolument à faire croire qu’il ne se passe rien de grave dans le pays et que le reste n’est que complots et manipulations orchestrées par les médias étrangers", explique-t-il. Celui-ci affirme également qu’il est par exemple interdit de donner la parole à l’antenne à quiconque viendrait contredire la version officielle.

"Porte-parole du régime"

"En se comportant comme un porte-parole du régime, tout en jouant la carte de la provocation et de la désinformation, la télévision d’État a jeté de l’huile sur le feu au lieu de calmer les esprits, ce qui a contribué à radicaliser la colère de la rue et à approfondir les rancœurs entre les citoyens", poursuit encore Hani al-Malathi. "Il est irresponsable de consacrer 30 minutes d’un journal télévisé à la prétendue propagande diffusée par les médias étrangers sans évoquer ne serait qu’une fois la violence des services sécuritaires. Tout comme il est provocateur de diffuser des célébrations appuyant le pouvoir tandis qu’au même moment, des familles de victimes de la répression enterrent leurs morts."

Selon le journaliste, les médias officiels syriens ont, de fait, perdu toute crédibilité. Il estime aussi qu’il ne reste plus aucune "personne censée" dans le pays qui puisse accepter de croire à une telle version des faits, y compris au sein des médias officiels. "Seuls 10 % des journalistes syriens travaillant dans ces chaînes continuent de croire les informations qu'elles diffusent, les autres se taisent car ils ont peur", conclut Hani al-Malathi.

Première publication : 20/02/2012

  • SYRIE

    L'armée tire sur la foule en deuil à Damas

    En savoir plus

  • "Il creuse sa propre tombe sous le feu des tirs de snipers"

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Les vidéos amateur de l'offensive sur Homs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)