Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Culture

Ai Weiwei expose à Paris pour la première fois

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/02/2012

L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei, qui n'est pas autorisé à quitter Pékin, présente sa première exposition à Paris. Détenu 81 jours en Chine en 2011, il dénonce la corruption chinoise dans "Libération" qui lui consacre une édition spéciale.

AFP - L'artiste chinois Ai Weiwei, qui expose pour la première fois ses photos à Paris, affirme que la corruption est "omniprésente en Chine" et la "répression est devenue draconienne".
              
Dans une interview au quotidien Libération qui lui consacre mardi une édition spéciale, Weiwei, dont le portrait occupe toute la Une, prend le parti de répondre librement au correspondant du journal.
              
La corruption "est omniprésente en Chine, car c'est le pays de l'opacité. Du temps de Mao, la prévarication n'existait pratiquement pas car le risque de se faire prendre était trop important", affirme-t-il.
              
"Cette perversion est venue avec les réformes du début des années 80, quand Deng Xiaoping [l'ex-numéro 1] a déclaré qu'il fallait +laisser une partie de la population s'enrichir en premier+. Ce principe, qui est contraire aux préceptes communistes, est devenu l'idéologie dominante de ces trente dernières années", explique-t-il.
              
"Les pots-de-vin, le trafic d'influence, les malversations ont envahi tout le système, car celui-ci n'est pas supervisé par le public.
              
Quant aux gens, "ils voudraient bien sûr descendre dans la rue pour se plaindre, mais la répression policière est devenue draconienne", dénonce-t-il.
              
Pour Weiwei "ces pressions et ce contrôle sont très très éprouvants" y compris pour lui-même: "Désormais, on peut se faire écrouer sous absolument n'importe quel prétexte".
              
L'artiste souhaite, une "'glasnost'à la Mikhaïl Gorbatchev", le dernier dirigeant de l'Union soviétique: "Gorbatchev est un sage qui a compris que la manie du secret est le cancer qui ronge les pays communistes, car il permet à la corruption et à l'abus de pouvoir de prospérer".
              
Pour obtenir cet entretien le journaliste de Libération prévient qu'il a refusé de se plier aux exigences des autorités chinoises: envoyer ses questions à l'avance et éviter toute considération politique.
              
Weiwei, rencontré dans son atelier en banlieue de Pékin, s'est dit "d'accord  pour parler de tout dans l'interview, au point où j'en suis", rapporte-t-il.
              
Accusé de "fraude fiscale" et de pornographie, Weiwei a été détenu secrètement pendant 81 jours puis remis en liberté sous caution dans l'attente d'un procès et condamné à verser à 15,22 millions de yuans d'amende (1,7 M euros).

 

Première publication : 21/02/2012

  • CHINE

    L'artiste contestataire Ai Weiwei poursuivi cette fois pour "pornographie"

    En savoir plus

  • CHINE

    L'artiste contestataire Ai Weiwei poursuivi cette fois pour "pornographie"

    En savoir plus

  • CHINE

    Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)