Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

Culture

Ai Weiwei expose à Paris pour la première fois

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/02/2012

L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei, qui n'est pas autorisé à quitter Pékin, présente sa première exposition à Paris. Détenu 81 jours en Chine en 2011, il dénonce la corruption chinoise dans "Libération" qui lui consacre une édition spéciale.

AFP - L'artiste chinois Ai Weiwei, qui expose pour la première fois ses photos à Paris, affirme que la corruption est "omniprésente en Chine" et la "répression est devenue draconienne".
              
Dans une interview au quotidien Libération qui lui consacre mardi une édition spéciale, Weiwei, dont le portrait occupe toute la Une, prend le parti de répondre librement au correspondant du journal.
              
La corruption "est omniprésente en Chine, car c'est le pays de l'opacité. Du temps de Mao, la prévarication n'existait pratiquement pas car le risque de se faire prendre était trop important", affirme-t-il.
              
"Cette perversion est venue avec les réformes du début des années 80, quand Deng Xiaoping [l'ex-numéro 1] a déclaré qu'il fallait +laisser une partie de la population s'enrichir en premier+. Ce principe, qui est contraire aux préceptes communistes, est devenu l'idéologie dominante de ces trente dernières années", explique-t-il.
              
"Les pots-de-vin, le trafic d'influence, les malversations ont envahi tout le système, car celui-ci n'est pas supervisé par le public.
              
Quant aux gens, "ils voudraient bien sûr descendre dans la rue pour se plaindre, mais la répression policière est devenue draconienne", dénonce-t-il.
              
Pour Weiwei "ces pressions et ce contrôle sont très très éprouvants" y compris pour lui-même: "Désormais, on peut se faire écrouer sous absolument n'importe quel prétexte".
              
L'artiste souhaite, une "'glasnost'à la Mikhaïl Gorbatchev", le dernier dirigeant de l'Union soviétique: "Gorbatchev est un sage qui a compris que la manie du secret est le cancer qui ronge les pays communistes, car il permet à la corruption et à l'abus de pouvoir de prospérer".
              
Pour obtenir cet entretien le journaliste de Libération prévient qu'il a refusé de se plier aux exigences des autorités chinoises: envoyer ses questions à l'avance et éviter toute considération politique.
              
Weiwei, rencontré dans son atelier en banlieue de Pékin, s'est dit "d'accord  pour parler de tout dans l'interview, au point où j'en suis", rapporte-t-il.
              
Accusé de "fraude fiscale" et de pornographie, Weiwei a été détenu secrètement pendant 81 jours puis remis en liberté sous caution dans l'attente d'un procès et condamné à verser à 15,22 millions de yuans d'amende (1,7 M euros).

 

Première publication : 21/02/2012

  • CHINE

    L'artiste contestataire Ai Weiwei poursuivi cette fois pour "pornographie"

    En savoir plus

  • CHINE

    L'artiste contestataire Ai Weiwei poursuivi cette fois pour "pornographie"

    En savoir plus

  • CHINE

    Le fisc chinois réclame 1,7 million d'euros à l'artiste contestataire Ai Weiwei

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)