Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

EUROPE

L'Eurogroupe trouve un accord sur le deuxième plan d'aide à la Grèce

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/02/2012

Après 12 heures de négociations, les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus à un accord cette nuit sur un deuxième plan de sauvetage de la Grèce, comprenant une aide de 130 milliards d'euros et un effacement partiel de la dette.

REUTERS - Les pays membres de la zone euro se sont entendus dans la nuit de lundi à mardi pour réduire le volume de dette grecque à environ 120,5% d’ici à 2020 via une nouveau programme d’aides publiques pour un montant de 130 milliards d’euros, selon un communiqué publié par l’Eurogroupe.

 
De leur côté, les créanciers privés de la Grèce ont accepté une décote de 53,5% sur leurs titres obligataires dans le cadre d’un échange de titres qui devrait se dérouler début mars.
 
 
Les premiers versements à Athènes restent toutefois conditionnés au succès de cette opération avec le secteur privé ainsi qu’à la mise en oeuvre par les autorités grecques de mesures concrètes contenus dans le nouveau programme.
 
La Grèce sera également surveillée de manière beaucoup plus étroite à l’avenir et des représentants de l’UE, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international seront basés à Athènes pour s’assurer de la bonne marche du plan.
 
Enfin, les Grecs ont accepté d’inscrire sous deux mois dans leur constitution une provision permettant de s’assurer que le paiement de la dette recevra un traitement prioritaire. Ces paiements seront également assurés par le placement de fonds sur un compte destiné à assurer les prochaines échéances du pays.
 

 

 

Première publication : 21/02/2012

  • ZONE EURO

    Comment les banques ont accepté de perdre 50 % de leurs avoirs

    En savoir plus

  • GRÈCE - REPORTAGE

    À Athènes, la rue panse ses plaies mais la colère gronde toujours

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les Grecs riches paient-ils leur dû à la rigueur ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)