Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Moyen-orient

Les violences en Syrie sont ordonnées au "plus haut niveau", selon l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2012

Des enquêteurs du Conseil des Nations unies dénoncent dans un nouveau rapport les crimes de femmes, d'enfants et la torture ordonnés par les plus hauts dirigeants de l'armée syrienne. Ils demandent que leurs auteurs soient poursuivis en justice.

REUTERS - Les forces de sécurité syriennes ont abattu des femmes et des enfants désarmés, bombardé des quartiers résidentiels et  torturé des blessés dans les hôpitaux suivant les ordres donnés au « plus haut niveau » de la hiérarchie militaire et gouvernementale, estime l’Onu.

Les enquêteurs indépendants du Conseil des Nations unies pour les droits de l’homme demandent que les auteurs de ces crimes contre l’humanité soient poursuivis devant la justice.  Les enquêteurs ont dressé une liste confidentielle de noms de dirigeants militaires et de responsables soupçonnés d’avoir ordonné les violences.

"La ville de Homs est bombardée depuis 18 jours"

« La commission a reçu des preuves crédibles et solides identifiant des membres de haut rang et de rang intermédiaire des forces armées qui ont ordonné à leurs subordonnés de tirer sur des manifestants désarmés, de tuer les soldats qui refusaient d’obéir à ces ordres, d’arrêter des personnes sans raison, de maltraiter des prisonniers et d’attaquer des quartiers civils avec des tirs aveugles de chars et de mitrailleuses », dit un rapport du Conseil de l’Onu pour les droits de l’homme publié jeudi.

La commission, présidée par le Brésilien Paulo Pinheiro, précise que les forces rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) ont également commis des abus, parmi lesquels des meurtres et des enlèvements, mais « dans une mesure bien moindre ».
 

 


 

Première publication : 23/02/2012

  • Sur Les Observateurs

    Le jour où les journalistes citoyens de Homs ont arrêté de filmer

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux grands reporters périssent sous les bombes à Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Croix-Rouge plaide pour des pauses humanitaires dans les combats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)