Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Un "ministère de la crise des banlieues" dans le centre de Paris

©

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 28/02/2012

Lassé du manque d'intérêt des candidats à la présidentielle pour la question des banlieues, le collectif AC-Lefeu a décidé de frapper fort : pendant trois jours, il a installé un "ministère de la crise des banlieues" dans le centre de Paris.

De la banlieue au Marais, à Paris, les militants du collectif AC-Lefeu ont sauté le pas. Créé au lendemain des émeutes qui, en 2005, avaient enflammé de nombreuses banlieues françaises, le collectif s’est invité ce jeudi au cœur de la capitale pour "remettre la banlieue au centre du débat électoral", selon Mohamed Tiba, l’un des membres fondateurs du collectif. AC-Lefeu, lassé d’entendre la crise économique éluder la crise des banlieues dans la campagne électorale, a donc installé son "ministère de la crise des banlieues" dans l’hôtel de Chalons-Luxembourg mis à disposition par la mairie de Paris, dans le très cossu 4e arrondissement de la capitale.

L'hôtel de Chalons-Luxembourg, dans le 4e arrondissement de Paris.

De l’extérieur, la grande bâtisse du XVIIe, classée aux monuments historiques, a de l’allure. Sa façade en briques et pierres de taille donne sur une petite cour pavée sur laquelle descendent deux charmants petits escaliers de pierre blanche. Les militants y ont déployé une banderole indiquant le nom de leur ministère. À l’intérieur en revanche, les murs se fissurent, les parquets s’effritent, l’escalier menant au premier étage, croulant, a été condamné à l’aide de panneaux de contre-plaqué. Une vitrine de l’état de certaines banlieues, quatre ans après le lancement en grande pompe du Plan espoir banlieue en 2008, censé, entre autres, désenclaver les cités et rénover les logements.

"Dans certaines banlieues, on se retrouve au Moyen-Âge, assure Mohamed Tiba. À Clichy-sous-Bois [ville située à une quinzaine de kilomètres de Paris où, en 2005, les émeutes avaient éclaté après la mort de deux jeunes, NDLR], certains quartiers se délabrent de plus en plus : les ascenseurs ne fonctionnent plus, les portes ont été soudées. Les gens ont donc mis en place des systèmes de poulies pour monter leurs courses. On voit aussi des personnes louer leurs services aux habitants pour monter leurs courses." Un autre monde, à seulement quelques kilomètres de Paris. De Clichy-sous-Bois, il ne faut pas moins d’une heure et demi pour arriver au cœur de la capitale.

"On vient jusqu’aux candidats"

"Comme les candidats ne venaient pas jusqu’à nous, on a voulu venir à eux", explique le jeune militant, un tee-shirt noir à l’effigie du collectif enfilé par dessus son blouson. "Notre idée, au début, était d’investir un immeuble à la façon de Jeudi noir [un collectif contre le mal-logement et la hausse des loyers qui squatte régulièrement des immeubles vides, NDLR], poursuit Mohamed Tiba. Mais on s’est dit que si c’était pour faire un coup médiatique de deux heures et être ensuite expulsé par les CRS, ce n’était pas la peine. Alors la mairie de Paris a proposé de mettre ce lieu à notre disposition." AC-Lefeu a frappé fort. Un coup médiatique efficace : les articles et les reportages se multiplient depuis trois jours dans la presse.

Depuis mardi, jour de "l’inauguration" du "ministère de la crise des banlieues", trois candidats se sont succédé dans l’hôtel particulier du Marais. Philippe Poutou, pour le Nouveau parti anticapitaliste, François Hollande, pour le Parti socialiste, et Eva Joly, pour Europe-Ecologie-Les Verts, sont venus discuter avec les militants du collectif. Le président sortant et candidat à sa succession Nicolas Sarkozy ne s’y est pas montré. "Je ne suis pas surpris que Sarkozy n’ait pas pris la peine de se déplacer", commente Nabil, un jeune homme de 26 ans. Lui n’est pas membre d’AC-Lefeu mais, habitant de Clichy-sous-Bois, il est venu apporter son soutien au collectif. "En ne venant pas ici, 'Sarko' prouve simplement qu’il n’en a rien à foutre de la banlieue. Mais ça, on le savait déjà."

Dans ce qui fait office de salle de presse du "ministère de la crise des banlieues" se bousculent des militants d’AC-Lefeu, des curieux, des sympathisants, une foule de journalistes et quelques personnalités. Le chanteur Ridan, victoire de la musique 2005, originaire de Chelles, ville proche de Clichy-sous-Bois, est venu lui aussi apporter son soutien à une "initiative qui a beaucoup de sens". "Il va falloir aujourd’hui mener une nouvelle politique, déclare-t-il. Il faut de la justesse, de la vigueur et un grand grand grand travail d’équité sur le plan culturel, social et politique."

Deux militants du collectif AC-Lefeu, créé en 2005 au lendemain des émeutes dans les banlieues françaises. À gauche, Mohamed Tiba, l'un des membres fondateurs du collectif.

Jeudi soir, après trois frénétiques journées dans l’hôtel Chalon-Luxembourg, le "ministère de la crise des banlieues" a fermé ses portes. AC-Lefeu ne souffle pas pour autant. Le collectif entame mi-mars une tournée dans 16 villes de France. Lille, Le Havre, Rennes, Nantes, Bordeaux, Metz… L'objectif : promouvoir son programme au-delà de la région parisienne. "Nous nous appuyons sur un large tissu associatif à travers la France. Nous récoltons aussi des idées de cette manière, conclut Mohamed Tiba. C’est aussi ce qui fait notre force."
 

Première publication : 23/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy dévoile des propositions pour l'emploi

    En savoir plus

  • FRANCE

    La cité du Chêne Pointu, visage d'une France à l'abandon

    En savoir plus

  • FRANCE - CLICHY-SOUS-BOIS

    Les policiers mis hors de cause pour la mort des deux adolescents en 2005

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)