Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

Mitt Romney multiplie les attaques contre Rick Santorum

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2012

Mitt Romney (à droite) a multiplié les attaques contre son principal rival Rick Santorum, galvanisé par de récents succès, lors d'un débat diffusé sur la chaÎne CNN mercredi soir entre prétendants républicains à la présidentielle américaine.

AFP - Mitt Romney, en difficulté dans la course républicaine à la Maison Blanche, a affronté mercredi soir son principal rival Rick Santorum, lors d'un affrontement télévisé à couteaux tirés dans l'Arizona (sud-ouest).
              
Les deux hommes de tête se sont échangé leurs premières piques dès l'amorce du débat diffusé sur la chaîne CNN, se présentant chacun comme le plus déterminé à réduire la dette américaine.

"Vous déformez la réalité. Vous ne savez pas de quoi vous parlez", s'est emporté M. Santorum alors qu'il était critiqué par M. Romney sur son bilan de membre du Congrès.

M. Romney s'en est pris à l'ex-sénateur de Pennsylvanie assurant que "lors de son mandat au Sénat, les dépenses ont augmenté de 80% dans le budget fédéral". M. Santorum, un catholique conservateur, a aussi été accroché sur la contraception pour avoir voté en faveur d'une loi comprenant des dispositions favorables au planning familial.
              
De son côté, Newt Gingrich, qui cherche à raviver sa campagne, a tenté de se placer au dessus de la mêlée, focalisant ses attaques sur le président Barack Obama dont il a dénoncé le "discours démagogue". Critiquant M. Obama sur sa politique de sécurité nationale, il l'a qualifié de président le plus "dangereux (...) de l'histoire américaine".
              
Le conservateur isolationniste Ron Paul s'est illustré en qualifiant Rick Santorum de politicien "faux", assurant que celui-ci avait voté pour des projets coûteux lorsqu'il était au Congrès. "Je suis vrai, je suis vrai", a rétorqué M. Santorum sur le ton de la plaisanterie, avant de défendre son bilan.
              
En revanche, MM. Romney, Santorum et Gingrich se sont accordés à dénoncer comme "inacceptable" le danger d'un Iran nucléaire. Ils se sont aussi mis d'accord sur la nécessité pour les Etats-Unis d'agir contre la Syrie pour mettre fin au régime du président Bachar al-Assad et à la répression sanglante contre ses opposants.
              
"La Syrie est la marionnette de l'Iran. Ils sont une menace pas seulement pour Israël, ils ont été une force de déstabilisation complète pour le Liban", a dit M. Santorum.


              
Seul M. Paul s'est démarqué en assurant que les Etats-Unis devaient s'abstenir d'agir contre l'Iran ou la Syrie.
              
Rick Santorum a brusquement surgi d'une lointaine troisième place en remportant les scrutins républicains du Missouri (Centre), du Colorado (Sud-Ouest) et du Minnesota (Nord) le 7 février, alors que M. Romney faisait jusqu'à cette date figure de favori.
              
Pour stopper l'hémorragie, le modéré Romney doit remporter deux scrutins le 28 février: Arizona (Sud) où nombre d'électeurs sont comme lui de confession mormone et surtout Michigan (Nord), l'Etat où il est né et où son père a été gouverneur.
              
Dans une course organisée Etat par Etat pour désigner le candidat qui affrontera M. Obama à l'élection du 6 novembre, une nouvelle victoire de M. Santorum serait un coup dur pour M. Romney à quelques jours du "Super Mardi", le 6 mars, où une dizaine d'Etats se prononceront.

Selon un sondage de l'Université de Quinnipiac publié mercredi, M. Santorum devance M. Romney par 35% d'intentions de vote contre 26% parmi les républicains sur le plan national. Newt Gingrich (14%) et Ron Paul (11%) suivent de loin.
              
Mais le sondage a aussi montré que M. Obama battrait M. Santorum, tandis qu'un duel entre M. Romney et le président sortant serait extrêmement serré. Les positions de M. Santorum, fervent opposant à l'avortement et au mariage homosexuel, effraient nombre de républicains qui doutent de sa capacité à se faire élire face à M. Obama.
              
Selon les derniers sondages compilés par le site RealClearPolitics, l'écart se ressert dans le Michigan où M. Santorum (33,8%) ne mène plus que d'une courte tête sur l'ex-favori (33%). Dans l'Arizona, M. Romney reste en tête mais il perd du terrain.
             
 

Première publication : 23/02/2012

  • PRIMAIRE RÉPUBLICAINE

    Mitt Romney s'empare de justesse du Maine

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Rick Santorum remporte le Minnesota, le Colorado et le Missouri

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump affiche son soutien à Mitt Romney

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)