Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Economie

Quand l'administration Obama vole au secours des consommateurs en ligne

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/02/2012

En adoptant des mesures visant à améliorer la protection des données personnelles sur Internet, la Maison Blanche surfe clairement sur le mécontentement croissant des internautes à l’égard des méthodes de pistage utilisées par les géants du Web.

C’est un petit bouton pour les géants du Web mais un grand pas pour le respect des données privées des internautes. C’est en tout cas ce qu’espère l’administration du président américain, Barack Obama, qui a obtenu auprès de 400 prestigieuses entreprises du Net, dont Google, Amazon ou encore eBay, qu’elles ne pistent plus les internautes lorsqu’ils appuient sur un bouton “Do not track” (“ne pas traquer”) intégré dans les navigateurs tels que Firefox ou Internet Explorer.

Jusqu’à présent la conservation des habitudes de navigation faisait le beurre des grands groupes tels que Google. Les informations recueillies servaient avant tout à personnaliser les publicités qui s’affichent lorsqu’on tape une recherche dans Google ou qu’on se renseigne sur le dernier livre à la mode sur Amazon. Des pratiques qui ne devraient donc dorénavant plus avoir cours si l’internaute décide d’activer la nouvelle fonction. Plus précisément, ces géants du Web se sont engagés à faire dans les neuf prochains mois le grand ménage dans les données personnelles qu’elles détiennent afin d’être prêts à obéir à la volonté des internautes.

L’administration Obama s’est d’autant plus réjouie d’avoir obtenu cet accord qu’elle a pu faire coup double. En parallèle, elle a en effet annoncé la parution, ce jeudi 22 février, d’une charte de protection des données personnelles des consommateurs. Un texte d’une cinquantaine de pages qui récapitule tous les moyens dont les internautes devraient disposer pour mieux contrôler ce que Google, Facebook et consorts font des données personnelles collectées. Cette charte donne, si elle est adoptée par le Congrès américain, aux individus le droit de refuser que des données collectées dans un contexte, comme par exemple lors d’une recherche Google, soient utilisées ailleurs comme pour créer des publicités personnalisées dans les boîtes mails. Les internautes auraient également le droit de savoir qui est responsable en cas de pertes ou d’utilisation abusive de données personnelles.

Scandales à répétition

“Ces principes reprennent tout ce que nous avons toujours demandé”, reconnaît Marc Rotenberg, le président du Centre américain d’information sur la protection des données personnelles au site spécialisé dans les nouvelles technologies CNET. Mais il regrette que le texte ne prévoit aucune mesure de coercition qui oblige les grands groupes à s’y soumettre. Ils auront beau jeu d’ignorer purement et simplement les recommandations de la charte.

L’offensive de charme de la Maison Blanche à destination des internautes soucieux du respect de leur vie privée profite également d’une récente série de scandales impliquant des grands noms du Web pris la main dans le sac d’une utilisation discutable des données personnelles. Ainsi, le roi des moteurs de recherche, Google, a-t-il dû reconnaître qu’il profitait des failles de Safari, le navigateur d’Apple, pour recueillir plus d’informations qu’il ne devrait sur les habitudes des internautes. Plusieurs applications très en vues sur smartphone, tel que le micro-réseau social Path, ont été critiquées pour obtenir, sans le consentement des utilisateurs, les informations concernant tous leurs contacts stockés sur le téléphone. Enfin, l’habitude pris par Facebook de collecter des informations sur les visiteurs d’un site où se trouve un bouton "j'aime", même si l’internaute en question n’utilise pas le célèbre réseau social, a été violemment dénoncée à la fin de 2011.

Première publication : 23/02/2012

  • INTERNET

    ACTA mérite-t-il que l'on se batte comme pour SOPA ?

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    L'introduction en bourse de Facebook en six points

    En savoir plus

  • INTERNET

    Contre Sopa et Pipa, le lobbying 2.0 est né

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)