Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

Afrique

Le Centre Carter conteste les résultats des scrutins présidentiel et législatifs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2012

Les observateurs du Centre Carter dénoncent le "manque de crédibilité" des élections présidentielle et législatives organisées fin 2011 en RD Congo. Les deux scrutins ont été remportés par le président sortant, Joseph Kabila, et son parti.

AFP - Les résultats des élections législatives de fin 2011 en République démocratique du Congo (RDC) "manquent de crédibilité, comme pour l'élection présidentielle" remportée par le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila, ont estimé vendredi les observateurs internationaux du Centre Carter.

"Le Centre Carter estime que les résultats annoncés (début février par la Commission électorale) des législatives manquent de crédibilité, comme pour l'élection présidentielle du 28 novembre 2011", écrit l'ONG dans un communiqué.

Le président sortant de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a reconnu "des erreurs" lors l'élection présidentielle du 28 novembre, mais il estime que celles-ci n’invalident pas le résultat.



La compilation des résultats des législatives "a été affectée par les mêmes problèmes de gestion et de désorganisation comme pour" la présidentielle, selon le Centre Carter pour qui les 3.500 résultats de bureaux de vote perdus "à travers le pays ont affecté" les deux scrutins qui se sont déroulés le même jour.

L'ONG a également relevé des "anomalies" en comparant le nombre d'électeurs et de bulletins nuls dans une même circonscription pour les deux scrutins. Par exemple à Walikale (est), il y a eu 28.110 électeurs de plus à la présidentielle par rapport aux législatives. Dans uine circonscription de Kinshasa, le taux de bulletins nul a été de 10% pour les législatives mais de 3,6% pour la présidentielle.

Si pour la présidentielle les résultats ont été publiés par bureau de vote, cela n'a pas été le cas pour les législatives, ce qui a "érodé la transparence dans le processus d'annonce des résultats et n'a pas donné la possibilité aux candidats et aux électeurs de vérifier la crédibilité des résultats", est-il ajouté.

"Compte tenu des circonstances et du temps qui s'est écoulé (depuis le vote et l'annonce des résultats), il est difficile et sans doute impossible, à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ou tout autre organe, de reprendre entièrement les résultats dans l'espoir de produire un document plus fidèle de la volonté du peuple", estime le Centre Carter.

"La RDC est confrontée à un dilemme politique. Par définition, des résultats contestés sèment le doute à un grand nombre et peut-être à la majorité du peuple", ajoute l'ONG.

La Cour suprême de justice (CSJ) examine actuellement plus de 500 recours en contestation des résultats des législatives et doit proclamer les résultats définitifs d'ici avril.

La présidentielle a été officiellement remportée par le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila, mais l'opposant Etienne Tshisekedi, classé deuxième, a rejeté les résultats et s'est autoproclamé "président élu".

Première publication : 24/02/2012

  • RD CONGO

    Le camp présidentiel obtient la majorité absolue à l'Assemblée

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Kabila et ses alliés en tête des législatives, selon des résultats partiels

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'Église souhaite que la Commission électorale congolaise "corrige ses erreurs"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)