Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Les négociations continuent pour l'évacuation des journalistes blessés à Homs

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/02/2012

Les négociations doivent se poursuivre samedi entre la Croix-Rouge et le régime syrien pour l'évacuation des deux journalistes blessés de Baba Amr, à Homs - dont la Française Edith Bouvier. Plusieurs blessés ont pu être évacués vendredi.

AFP - Les négociations doivent reprendre samedi entre la Croix-Rouge internationale, le régime et les opposants syriens pour faire sortir de Homs deux journalistes étrangers blessés et les corps de deux autres tués, après une journée de pourparlers n'ayant pas permis leur évacuation.

L'un des négociateurs à Homs a affirmé que les négociations, interrompues pour la nuit, devaient reprendre samedi matin dans cette ville rebelle du centre de la Syrie, en proie à des bombardements des forces du régime depuis le 4 février.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant rouge arabe syrien (CRAS) ont réussi vendredi pour la première fois à évacuer plusieurs blessés syriens, mais pas les journalistes.

L'Américaine Marie Colvin, grand reporter du Sunday Times, et le Français Rémi Ochlik, photographe à l'agence IP3 Press, ont été tués mercredi dans un appartement transformé en centre de presse dans le quartier de Baba Amr, cible principale du pilonnage de l'armée.

La journaliste française Edith Bouvier et le photographe indépendant britannique Paul Conroy ont été blessés dans ce même bombardement, et ont appelé dans des vidéos à leur évacuation au plus vite de Baba Amr pour recevoir des soins.

Cependant le régime syrien a accusé vendredi les rebelles d'entraver l'évacuation des journalistes.

"Malgré l'arrivée de nos ambulances et nos efforts (...) auprès des groupes armés à Baba Amr, ceux-ci ont refusé de livrer la blessée et les deux corps, mettant en danger la vie de la Française et entravant le rapatriement des corps", selon une source aux Affaires étrangères.

Plus tôt dans la journée, "trois ambulances entrées à Bab Amr ont évacué sept victimes syriennes et les négociations continuent avec les autorités et les opposants pour tenter d'évacuer toutes les personnes, sans exception, qui ont besoin de soins d'urgence", a dit le porte-parole du CICR à Damas, Saleh Dabbakeh.

Il avait auparavant annoncé que les quatre journalistes occidentaux étaient concernés par cette évacuation.

Le CRAS a de son côté indiqué sur sa page Facebook qu'"outre les sept blessés", il avait également "évacué 20 femmes et enfants" de Baba Amr.

Diplomates et responsables du CICR tentaient de convaincre les rebelles, qui contrôlent Baba Amr, mais surtout les autorités, de faire taire leurs armes pour mener à bien l'évacuation.

"Les ambassades de France, de Grande-Bretagne et de Pologne travaillent durement et en étroite collaboration pour sortir les blessés et les corps des deux journalistes tués", selon un diplomate qui a requis l'anonymat. L'ambassade de Pologne représente les intérêts des Etats-Unis depuis la fermeture de leur ambassade à Damas, a-t-il expliqué.

L'ambassadeur de France, Eric Chevallier, a regagné d'urgence son poste jeudi, plus de deux semaines après avoir été rappelé pour consultations en raison de la répression, a indiqué un diplomate sans toutefois lier son retour aux tentatives d'évacuation.

Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a appelé solennellement Damas à permettre le rapatriement des journalistes, particulièrement Edith Bouvier qui doit être "évacuée le plus vite possible".

Mme Bouvier, reporter pour le quotidien Le Figaro, souffre d'une jambe cassée au niveau du fémur. Un photographe français William Daniels, venu en Syrie pour le Figaro Magazine et le Time Magazine, se trouve avec elle mais n'est pas blessé. Paul Conroy est aussi blessé à la jambe.

Le régime syrien avait rejeté jeudi toute responsabilité dans la mort des deux journalistes, estimant qu'ils étaient entrés sur le territoire clandestinement, "sous leur propre responsabilité". Cependant, le gouverneur de Homs a été mandaté pour aider à leur évacuation.

Après la mort du journaliste français Gilles Jacquier à Homs, le 11 janvier, M. Chevallier s'était rendu dans cette ville pour rapatrier sa dépouille.

Première publication : 24/02/2012

  • SYRIE

    Les journalistes blessés à Homs appellent à l’aide dans deux vidéos

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Les violences en Syrie sont ordonnées au "plus haut niveau", selon l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux grands reporters périssent sous les bombes à Homs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)