Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Economie

"Les débuts de la PS Vita sont prometteurs en France et en Europe"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/02/2012

Philippe Cardon, patron de la direction jeux vidéo de Sony en France, revient pour FRANCE 24 sur le lancement, mercredi dernier, de la PS Vita en Europe et sur la difficile année 2011 que Sony a connue.

La PS Vita vient à peine de sortir que “les ventes sont meilleures que prévu”, assure Philippe Cardon, directeur général France de Sony Computer Entertainment Europe, qui refuse cependant de donner un chiffre de vente précis de la nouvelle console portable de Sony. 

Un début en fanfare n’est, de toute façon, pas une garantie de succès. Ainsi au Japon, où elle est disponible depuis le 11 décembre dernier, la PS Vita s’est vendue à plus de 350 000 exemplaires les premiers jours de sa commercialisation avant de connaître une période de grande accalmie. De fait, deux mois après son lancement sur l’archipel, la nouvelle console portable de Sony ne s’est écoulée qu’à un peu plus d’un demi-million d’exemplaires. Philippe Cardon juge cependant qu’en France et en Europe le scénario sera tout autre. 

Si le pari de la PS Vita peut paraître risqué pour Sony, c’est que le marché des jeux vidéo sur console portable n’est plus le même que lors du lancement de la PSP en 2005. Face à Sony, il n’y avait à l’époque que Nintendo et sa DS. Aujourd’hui, les smartphones et les tablettes vampirisent une partie du public auquel s’adressent les acteurs historiques du secteur. Les iPhone et autres téléphones dits "intelligents" représentent aujourd’hui 70 % du marché. Mais Philippe Cardon prédit que, au final, “ce sont surtout de futurs joueurs de consoles portables qui viennent aux jeux vidéo par le biais de petits jeux faciles dont ils auront vite fait le tour”. Selon lui, la PS Vita devrait en tout cas faire aussi bien que la PSP.


Sony a d’autant plus intérêt que son dernier né se vende bien que le groupe a vécu une année 2011 davantage marquée par les déconvenues que par les succès. Après une affaire de piratage d’une ampleur sans précédent, le géant de l’électronique grand public a connu de sérieux problèmes de production avec le tsunami au Japon et les inondations en Thaïlande, où il possède des unités de fabrication. Résultat : Sony a essuyé une perte nette de 2 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011.

La PS Vita a été le seul lancement d’ampleur pour la division jeux vidéo de Sony depuis 2006 et la sortie de la PS3. Et pour Philippe Cardon, Sony n’est pas pressée d'annoncer une éventuelle PS4 alors que Nintendo a déjà dévoilé sa prochaine console de salon et que Microsoft est censée faire de même lors du prochain E3, le grand salon de Los Angeles du jeu vidéo, en juin prochain.

Première publication : 24/02/2012

  • JEUX VIDÉOS

    La PlayStation Vita condamnée à l'échec commercial ?

    En savoir plus

  • ÉLECTRONIQUE

    Howard Stringer laisse les rênes de Sony au père de la Playstation

    En savoir plus

  • SALON DE L'E3

    "La Playstation Vita apporte plus que les jeux sur smartphones"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)