Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Nobel de la paix Kofi Annan nommé émissaire conjoint sur la crise en Syrie

©

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2012

L'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan a été nommé émissaire conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe sur la crise en Syrie. Il tentera de mettre un terme aux violences et de promouvoir une sortie de crise pacifique.

AFP - Kofi Annan, chargé jeudi par les Nations unies et la Ligue arabe d'une médiation dans la crise syrienne, aura besoin de toute sa ténacité courtoise et de son expérience de dix ans à la tête de l'ONU pour mettre un terme à onze mois de violences.
              
Ce diplomate ghanéen de 73 ans à la voix douce, parfois à peine audible, est encore à l'heure actuelle le seul secrétaire général des Nations unies --un poste qu'il a occupé de 1997 à 2006-- qui soit sorti des rangs de l'ONU, pour laquelle il a travaillé pendant 35 ans.
              
L'ancien Prix Nobel de la Paix 2001 vient d'être désigné par son successeur à la tête de l'ONU Ban Ki-moon et par le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil el-Arabi comme émissaire des Nations unies et de la Ligue pour la Syrie, où la répression d'une révolte populaire a fait des milliers de morts depuis mars 2011.
              
"Pour ce genre de mission", explique James Traub, un de ses biographes, "le choix de Kofi Annan est tout à fait logique": "Il a un vrai don de persuasion, ses manières sont si calmes et courtoises que ses interlocuteurs le croient faible alors qu'il n'est tout simplement pas aveuglé par son ego".
              
Pour M. Traub, Kofi Annan se sert "en stratège" de cette modestie apparente pour convaincre ses interlocuteurs "de faire des concessions qu'ils n'auraient pas faites dans un cadre plus conflictuel".
              
Il n'y a pas personnalités plus contrastées que Kofi Annan et Richard Holbrooke. Pourtant, le flamboyant diplomate américain, négociateur des accords de Dayton sur la Bosnie, l'avait qualifié en 2001 de "meilleur secrétaire général dans l'histoire des Nations unies".
              
En octobre 2001, Kofi Annan obtenait, conjointement avec l'ONU, le prix Nobel de la Paix.
              
En dix ans à la tête de l'ONU (1997-2006), le Ghanéen avait contribué à rehausser le prestige de l'institution. Mais son deuxième mandat avait été terni par le scandale du programme "pétrole contre nourriture" en Irak en 2005 et par des cas de corruption au sein de l'administration onusienne.
              
Au-delà des défaillances internes à l'ONU, M. Annan payait alors son opposition publique à la guerre en Irak, qu'il a qualifiée d'"illégale" car décidée hors du cadre de l'ONU.
              
Sous sa direction, le sommet du Millénaire a permis de prendre des engagements collectifs visant à réduire de moitié la pauvreté d'ici à 2015.
              
Après son départ de l'ONU fin 2006, ses tentatives pour s'entremettre dans divers dossiers complexes --Kenya, Côte d'Ivoire ou réchauffement climatique-- ont connu des fortunes diverses.
              
Au Kenya, M. Annan avait oeuvré pour faire cesser les violences qui ont suivi l'élection présidentielle contestée de décembre 2007 et fait plus de 1.500 morts.
              
Mais en Côte d'Ivoire, le groupe de sages dit des Elders (Anciens) auquel il appartient avec le sud-africain Desmond Tutu et l'américain Jimmy Carter avait échoué à convaincre Laurent Gbagbo de respecter le verdict des urnes.
              
En 2007, Kofi Annan avait fondé à Genève où il s'est installé, le "Forum humanitaire mondial", qui ambitionnait de mobiliser gouvernements et grandes entreprises pour gérer les conséquences du changement climatique. Croulant sous les dettes, le Forum avait dû fermer ses portes trois ans plus tard.

 


 

Première publication : 24/02/2012

  • Sur Les Observateurs

    Le jour où les journalistes citoyens de Homs ont arrêté de filmer

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux grands reporters périssent sous les bombes à Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Croix-Rouge plaide pour des pauses humanitaires dans les combats

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)