Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Asie - pacifique

Sept morts dans un nouvel attentat-suicide à Peshawar

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2012

Une attaque-suicide dans un commissariat de Peshawar, au nord-ouest du Pakistan, a tué quatre policiers et trois kamikazes vendredi. Ce nouvel attentat, le neuvième en moins d'un mois, confirme la fin de la trêve relative des Taliban.

AFP - Quatre policiers et trois kamikazes qui ont déclenché leurs vestes bourrées d'explosifs ont été tués vendredi dans l'attaque d'un commissariat dans le nord-ouest du Pakistan, près des bastions des talibans alliés à Al-Qaïda, a annoncé la police.
              
Cette attaque survenue à Peshawar n'a pas encore été revendiquée mais son mode opératoire est similaire à d'autres perpétrées par ces insurgés islamistes qui mènent une campagne d'attentats ayant fait près de 5.000 morts dans tout le pays en quatre ans et demi.
              
Tôt le matin, les trois kamikazes avaient pris d'assaut le poste de police au fusil-mitrailleur et à la grenade. Ils avaient d'abord tué au moins deux policiers avant de se retrancher dans les locaux et tenir un siège qui a duré un peu plus d'une heure, a expliqué à l'AFP Yameen Khan, un officier de la police de Peshawar.
              
"Ils ont ensuite déclenché leurs vestes-suicide dans différentes pièces", a-t-il poursuivi. Au total, "quatre policiers ont été tués et quatre blessés" dans l'attaque, selon lui.
              
Le bilan a été confirmé par un autre officier.
              
"Les assaillants voulaient tuer un maximum de policiers, c'est la raison pour laquelle ils ont choisi ce commissariat", a commenté M. Khan, précisant que quelque 200 fonctionnaires y travaillent et y résident.
              
Ce nouvel attentat, le neuvième en moins d'un mois, confirme la fin d'une trêve relative observée par les talibans jusqu'au début de l'année.
              
Jeudi déjà, une voiture piégée avait explosé à une station de bus de la banlieue de Peshawar, tuant 13 civils et faisant de nombreux blessés.
              
Les talibans pakistanais, à l'unisson d'Oussama Ben Laden en personne, avaient décrété en 2007 le jihad contre Islamabad pour son alliance avec les Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme". Depuis, ils sont les principaux responsables d'une vague de plus de 530 attentats et attaques-commando similaires à celle de vendredi.
              
L'armée a récemment intensifié ses offensives dans les zones tribales, frontalières avec l'Afghanistan, près de Peshawar.
              
Elles sont le bastion des talibans pakistanais, le principal sanctuaire dans le monde des cadres et combattants d'Al-Qaïda et la base arrière des talibans afghans.
              
Oussama Ben Laden a été tué le 2 mai 2011 dans le nord du Pakistan par un commando américain héliporté clandestinement dans une ville-garnison où il se terrait dans une villa.
              
Depuis, la CIA a considérablement intensifié sa campagne de tirs de missiles par ses drones qui ciblent Al-Qaïda et les talibans pakistanais et afghans dans les zones tribales. Les attaques de ces avions sans pilote américains sont devenues quasi-quotidiennes ces dernières semaines.
              
Après une trêve relative de quelques mois, que les observateurs ont attribuée aussi bien à des tentatives de négociations avec des factions dissidentes des talibans qu'aux coups de boutoirs assénés par l'armée pakistanaise et les drones américains, les attentats semblent reprendre depuis fin janvier.

Première publication : 24/02/2012

  • PAKISTAN

    Attentat meurtrier à la voiture piégée à Peshawar

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Attentat-suicide devant une mosquée chiite, une vingtaine de morts

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le Pakistan nie jouer un double jeu en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)