Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

Moyen-orient

Une actrice syrienne dénonce le soutien du Hezbollah au régime

©

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 24/02/2012

La célèbre actrice syrienne May Skaf a provoqué une polémique en ligne après avoir apostrophé Hassan Nasrallah, le puissant leader du Hezbollah libanais. Elle l'accuse de soutenir Damas au détriment du peuple syrien.

"Je veux dire au sayyed Hassan Nasrallah [le secrétaire général du Hezbollah libanais, NDLR] qu'il retire ses 'chabbiha' [fidèles au régime syrien, NDLR] de Syrie ou qu'il me rende mon argent." En rédigeant cette phrase sur une page Facebook, le 20 février dernier, la célèbre actrice et comédienne syrienne May Skaf a déclenché une vaste polémique en ligne. Visiblement ulcérée par le soutien indéfectible du Hezbollah au régime syrien qui réprime dans le sang un soulèvement populaire depuis 11 mois, l’actrice n’a pas hésité à apostropher publiquement le leader chiite.

Le timbre dédié à May Skaf par les opposants


Elle lui a notamment rappelé l’accueil chaleureux qu’elle avait réservé en Syrie aux réfugiés libanais originaires de la banlieue sud de Beyrouth, l'un des principaux bastions du Hezbollah, qui avaient fuit les bombardements israéliens, lors de la guerre de l’été 2006. May Skaf, qui affirme avoir récolté à l’époque près de 100 000 livres syriennes (1 500 euros) pour venir en aide à ces réfugiés, exige donc de Hassan Nasrallah le remboursement de cette somme ou le retrait de ses "chabbiha". Régulièrement, des manifestants syriens accusent le parti chiite de participer à la répression en Syrie et de renforcer les rangs des forces de sécurité du régime. Des accusations qui ont toujours été balayées d’un revers de main par le parti de Dieu.

Débat en ligne

Quasi instantanément, des internautes majoritairement pro-régime s’en sont pris aux propos de May Skaf, l’accusant sur les réseaux sociaux et différents forums de discussions de "traîtrise" et de "bassesse". À l’image de la division qui règne dans le pays, d’autres ont préféré appuyer cette prise de position et saluer l’audace de l’actrice qui vit à Damas. Cette dernière s’était déjà attirée la sympathie des opposants au régime, notamment en juillet dernier, quand elle avait été détenue pendant quelques jours pour avoir manifesté avec d’autres artistes à Damas contre le pouvoir. Adoubée par le camp anti-régime, elle a vu son portrait rejoindre la série commémorative intitulée "Timbres de la Révolution syrienne" qui rend hommages aux figures et aux martyrs du soulèvement.

Habituellement peu enclin à répondre à des attaques verbales émanant de civils, le Hezbollah, apparemment agacé par le retentissement médiatique de "l’affaire May Skaf", n’a pas tardé à réagir. Plusieurs médias arabes ont en effet rapporté que Hassan Nasrallah avait demandé à l’un de ses proches conseillers de procéder au remboursement de l’actrice.

"Je ne veux pas qu'on me rende quoi que ce soit", a précisé de son côté cette dernière dans un entretien accordé à la chaîne satellitaire d’informations arabophone Al-Arabiya basée à Dubaï. Et de conclure : "cet argent devrait être donné aux réfugiés syriens au Liban [plusieurs milliers de Syriens se sont réfugiés au Liban depuis mars 2011, NDLR]. C'est le moins que le Hezbollah puisse faire pour notre peuple".
 

Première publication : 24/02/2012

  • NATIONS UNIES

    Les violences en Syrie sont ordonnées au "plus haut niveau", selon l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux grands reporters périssent sous les bombes à Homs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)