Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

Amériques

Les Farc renoncent aux enlèvements de civils

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/02/2012

La guérilla colombienne des Farc a déclaré dimanche qu'elle n'allait plus commettre d'enlèvements parmi la population civile. Une annonce qui constitue un tournant dans l'histoire du groupe armé, le principal du pays avec quelque 9000 combattants.

AFP - La guérilla colombienne des Farc a annoncé dimanche qu'elle renonçait définitivement aux enlèvements parmi la population civile.

"Nous annonçons qu'à compter de cette date, nous interdisons ces pratiques dans le cadre de notre combat révolutionnaire", affirme le commandement des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), dans un message publié sur son site internet (www.farc-ep.co).

Cette annonce constitue un tournant dans l'histoire de cette guérilla d'obédience marxiste, la principale de Colombie avec environ 9.000 combattants, en rébellion ouverte contre les autorités depuis 1964.

"On a beaucoup parlé des séquestrations de personnes, hommes et femmes issues de la population civiles, que nous, les Farc, avons effectué à des fins financières pour le soutien de notre lutte", dit la guérilla en préambule de son annonce.

Les Farc se sont également engagées, dans cette même déclaration, à relâcher unilatéralement les dix otages issus des forces de l'ordre qu'elles détiennent encore. En décembre, la guerilla avait promis d'en libérer six, un projet qui avait été ensuite reporté.

Première publication : 26/02/2012

COMMENTAIRE(S)