Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Economie

Réuni à Mexico, le G20 appelle l'Europe à davantage de fermeté

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/02/2012

Les représentants des pays membres du G20, réunis à Mexico, devraient demander ce dimanche à l'Europe davantage de fermeté face à la crise de la dette publique, même si les tensions sur les marchés financiers sont quelque peu retombées.

AFP - Le G20 réuni à Mexico devrait lancer dimanche à l'Europe un appel à la fermeté face à la crise de la dette publique, même si les tensions sur les marchés financiers se sont relâchées.

Les ministres des Finances et banquiers centraux de ce groupe de pays riches et émergents se sont retrouvés lors d'un dîner samedi. Ils ont prévu de publier une déclaration finale à 16H30 (22H30 GMT).

Selon un responsable d'une délégation non européenne, le G20 cherchait dans la nuit de samedi à dimanche un bon équilibre pour exhorter la zone euro à se doter de moyens financiers puissants, sans se montrer trop pressant à son égard.

D'après cette source, le communiqué pourrait affirmer que si les Européens répondent aux exigences de leurs partenaires, alors le reste du monde contribuerait davantage aux ressources du Fonds monétaire international, comme ils le souhaitent.

Le leitmotiv des ministres des Finances ces derniers mois a été le "pare-feu" dont est censée se doter la zone euro. Celui-ci doit éviter une nouvelle propagation de la crise de la dette, à un moment où des économies aussi grandes que l'Italie et l'Espagne plongent en récession.

C'est ce qu'expliquait samedi, au nom des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), le Brésilien Guido Mantega: "les pays émergents ne vont aider" l'Europe qu'à condition "qu'ils renforcent leur pare-feu et fassent plus que ce qu'ils font actuellement avec leurs fonds de stabilité".

La réunion de Mexico tombe quelques jours avant un sommet de l'Union européenne, jeudi et vendredi, qui doit notamment définir la dimension du Mécanisme européen de stabilité (MES) prévu pour entrer en vigueur en juillet.

Les Etats-Unis et l'Allemagne étaient aux deux opposés du spectre dans ce débat sur le "pare-feu". Washington le voulait le plus grand possible par rapport aux capacités européennes, et Berlin prévenait que la zone euro resterait dans les limites de l'orthodoxie budgétaire et monétaire.

"La meilleure manière si vous voulez résoudre une crise qui met en péril votre économie et votre position budgétaire, c'est de prendre l'engagement d'en faire plus que nécessaire", disait samedi le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner.

"S'ils (les Européens) font cela, il y aura plus d'oxygène pour se concentrer sur autre chose" au G20, a-t-il remarqué.

L'Allemagne reste fermement opposée aux ingérences américaines dans ce dossier. "Cela n'a aucun sens économique de suivre les appels (...) à injecter de l'argent indéfiniment dans les fonds de sauvetage ni de mettre en route la planche à billets de la BCE", rétorquait son homologue allemand, Wolfang Schäuble.

Aucun pays n'a évoqué de montant précis propre à rendre le "pare-feu" satisfaisant.

Le secrétaire général de l'OCDE, le Mexicain Angel Gurria, a été le seul à poser ouvertement cette question que devrait éluder le communiqué du G20. "Est-ce 1.000 milliards? Peut-être 1.500 milliards? Pour être forts, nous devons avoir un pare-feu épais, un pare-feu élevé, un pare-feu large, un très grand pare-feu qui soit crédible", a-t-il dit.

Il y a un objectif chiffré en revanche dans le débat sur les ressources du FMI. En janvier, l'institution de Washington a annoncé être à la recherche des sommes nécessaires pour augmenter de 500 milliards de dollars sa capacité de prêts.

Jusqu'ici, seule la zone euro s'est engagée à contribuer, ayant promis 150 milliards d'euros (202 milliards de dollars).

Première publication : 26/02/2012

  • ZONE EURO

    Fitch dégrade la note de la Grèce au lendemain du nouvel accord européen

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Eurogroupe trouve un accord sur le deuxième plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)