Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

FRANCE

Retour progressif au calme après plusieurs jours d'émeutes à la Réunion

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/02/2012

Après plusieurs jours d'émeutes contre la vie chère et de violences urbaines, la Réunion retrouvait progressivement un calme relatif dans la nuit de samedi à dimanche. Les autorités ont procédé à plus d'une trentaine d'interpellations.

AFP - Le calme est largement revenu au cours de la nuit de samedi à dimanche, à La Réunion, où les violences urbaines ont été limitées aux communes de Saint-Louis et du Tampon (sud de l'île), a-t-on appris auprès de la préfecture.

Dans ces deux villes, des jeunes ont affronté les gendarmes mobiles et plusieurs commerces ont été cambriolés. Dans d'autres localités, les exactions se sont limitées à des feux de poubelles.

Au Port et dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis, les forces de l'ordre ont essuyé quelques jets sporadiques de galets. Aucun commerce n'a été vandalisé, aucun bâtiment public n'a été dégradé, ni aucune voiture incendiée.

Au cours de la nuit de samedi à dimanche, sur l'ensemble de l'île, policiers et gendarmes ont procédé à 32 interpellations qui ont abouti à 25 gardes à vue.

Par ailleurs, le sénateur-maire de Saint-Pierre, Michel Fontaine (UMP), avait pris un arrêté municipal ordonnant la fermeture, samedi soir, des discothèques, snack-bars et fast-food de cette commune du sud de La Réunion, a-t-on appris auprès de la mairie.

Première publication : 26/02/2012

  • FRANCE

    Les émeutes contre la vie chère se poursuivent à La Réunion

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parc national de la Réunion en proie aux flammes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)