Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

Afrique

Le camp Wade admet l'idée d'un second tour de la présidentielle

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 29/02/2012

Selon des résultats partiels, l'opposant Macky Sall (à dr.) est parvenu à mettre en ballottage Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat à la tête du Sénégal. Le camp du président sortant a reconnu la nécessité d'un second tour.

Cliquez ici pour consulter les résultats provisoires du premier tour de la présidentielle consolidés par l'équipe des Observateurs de FRANCE 24 et l'Atelier des médias de RFI.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire français "Le Journal du Dimanche", Abdoulaye Wade avait assuré qu’il obtiendrait une majorité "écrasante" dès le premier tour de la présidentielle qui s'est tenu le 26 février. Finalement, selon des résultats partiels, l'actuel numéro un sénégalais se retrouve au coude-à-coude avec son ancien Premier ministre et principal opposant Macky Sall. Les deux candidats devraient donc s'affronter lors d’un second tour qui se tiendrait entre le 18 mars et le 1er avril.

Les résultats partiels publiés mardi 28 février ont donné Abdoulaye Wade en tête. "Les résultats concernent 30 des 45 départements sénégalais, a déclaré Amadou Sall, l'un des porte-parole du président sortant. Abdoulaye Wade est au dessus de 35 %, on arrivera peut-être à 40 %". Loin donc derrière la barre des 50 % que Wade disait espérer.

Dès le lendemain du scrutin, Macky Sall affichait un inébranlable optimisme quant à la tenue d'un second tour : "Les chiffres en notre possession indiquent qu’un second tour est inévitable. Nous avons gagné les plus grands départements du Sénégal", avait-il déclaré à l’AFP.

L'opposition sénégalaise croit en un second tour (27/02/12)

Wade battu dans son propre bureau de vote

Le camp d'Abdoulaye Wade, en revanche, a attendu mardi pour admettre la tenue d'un second tour. Lundi cependant, le président sortant avait déclaré qu'il "explorait toutes les possibilités d'entente avec d'autres forces politiques", s'il n'atteignait pas la majorité absolue des voix dès le premier tour.

Selon Philippe Hugon, chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste du Sénégal, Macky Sall serait bien placé pour remporter l’élection présidentielle en cas de second tour. "Sall a le potentiel pour rallier à lui une opposition divisée, explique le chercheur. Il n’a pas beaucoup de charisme mais il est très compétent et il est capable d’apaiser les tensions. Il a de bonnes chances de gagner".

Selon Fatimata Wane-Sagna, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Dakar, Wade a été battu dans son propre bureau de vote, le Point E, à Dakar, où le candidat Moustapha Niasse l’a largement devancé. "C’est le signe que les choses changent et les Sénégalais ont prouvé qu’ils pouvaient faire entendre leur désaccord avec le président", a ajouté la journaliste.

Abdoulaye Wade, hué lors de son arrivée à son bureau de vote

Dimanche, le chef de l’État est arrivé à son bureau de vote sous les huées d'une centaine de personnes pendant qu’une dizaine de ses partisans tentaient en vain de faire entendre quelques applaudissements. La foule a scandé en wolof "Wade, dégage", obligeant l’entourage du président à précipiter sa sortie. Il n’a fait aucune déclaration.

La candidature du président sortant a provoqué une vive polémique, déclenchant une vague de violence dans les semaines qui ont précédé le scrutin. Ses opposants l’ont accusé de violer la Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. Depuis le 27 janvier, jour où la Cour suprême a autorisé Wade à se porter candidat, au moins six personnes sont mortes dans des heurts entre opposants et policiers.

"Maturité des Sénégalais"

"Le jour du scrutin, on craignait que des violences n'éclatent, témoigne Fatimata Wane-Sagna. Certains redoutaient même un report de l’élection. Mais finalement, les Sénégalais se sont rendus aux urnes dans le calme, et massivement." De nombreux électeurs, interrogés dans les longues files d’attente s’étalant à l’extérieur des bureaux de vote, brandissaient leur carte d’électeur, affirmant qu’elle était leur "seule arme".

"Les Sénégalais viennent de prouver encore une fois leur maturité et leur confiance dans le processus électoral, s’est réjouit Doudou Ndir, président de la Commission électorale nationale autonome (Cena), au micro de RFI. Ce jour a été un grand jour pour le Sénégal".

Le chanteur et opposant Youssou Ndour, à la sortie du bureau de vote

 


Première publication : 27/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Macky Sall, l'homme défie Abdoulaye Wade au second tour

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Participation massive au premier tour de l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Pourquoi ils ont voté Wade, Macky ou Tanor...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)