Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition syrienne menace de s'effondrer sous le poids de ses dissensions

©

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 27/02/2012

Plusieurs membres du Conseil national syrien (CNS) ont annoncé la création d’un mouvement dissident : le Groupe de travail national syrien. Une nouvelle branche qui morcelle encore davantage une opposition déjà fortement désunie.

Déjà fragmentée par la création, en juin 2011, du Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), le Conseil national syrien (CNS), la principale coalition anti-Assad, frise aujourd'hui le délitement complet. Ce dimanche 26 février, plusieurs de ses membres ont décidé de créer une nouvelle branche de dissidence qu'ils ont baptisée Groupe de travail national syrien ou Front de la libération de la Syrie. Un nouveau mouvement pour protester, disent-ils, contre l’incapacité du président du CNS, Burhan Ghalioun, à apporter de solutions concrètes à la crise syrienne.

Pour ces nouveaux opposants, emmenés par l'avocat et opposant de longue date Haitham al-Maleh, c’est la conférence des "amis de la Syrie", qui s’est tenue à Tunis, vendredi 24 février, qui a mis le feu aux poudres. Une réunion synonyme de perte de temps et qui n’a abouti à aucune solution concrète, a estimé la nouvelle organisation. "Le Front de la libération de la Syrie s’est créé à la suite de l'inertie adoptée par le président du Conseil national syrien, Burhan Ghalioun, à la conférence de Tunis. Ce dernier n’a pas vraiment exprimé son soutien à l'armée libre ou aux rebelles, a expliqué sur l’antenne de FRANCE 24 le dissident Walid al-Bounni, ex-président du bureau de CNS pour les affaires étrangères. Il n’a pas non plus obtenu des ‘amis de la Syrie’ la création d’une zone d'exclusion aérienne ou d’une zone tampon pour protéger les civils."

Et tant pis si cette nouvelle instance vient un peu plus fragiliser une opposition déjà bien mal en point. "La Syrie a connu des mois difficiles depuis que le CNS s'est formé sans parvenir à obtenir de résultats satisfaisants et sans être capable de répondre aux demandes des insurgés présents à l'intérieur de la Syrie […] Nous avons donc décidé de former un nouveau groupe d’action patriotique visant à renverser le régime", a indiqué dans un communiqué le Front de libération de la Syrie.

Une désunion qui fait le jeu du régime de Damas

Cette discorde politique vient également jeter un froid sur le plan diplomatique. Le CNS qui jouit d’une visibilité internationale est considéré par les "amis de la Syrie" comme le groupe politique le plus cohérent à combattre le régime. Il a d’ailleurs été la seule composante de l'opposition invitée à la conférence de Tunis, le seul aussi à bénéficier du titre de "représentant légitime du peuple syrien" par les États-Unis et la France.

Alors dans l’Hexagone, le risque grandissant d’implosion de l’opposition inquiète. Paris appelle à l’unité, tout en s’efforçant de voir dans l’émergence de nouveaux groupes dissidents le signe d’un pluralisme démocratique. "Nous encourageons toutes les composantes de l'opposition, qui est multiple, à se rassembler autour du Conseil national syrien dont le président a présenté publiquement sa vision de la Syrie de demain : une Syrie démocratique et pluraliste", a déclaré, ce lundi, une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

En attendant, cette désunion fait surtout le jeu du régime de Damas, estime Frédéric Encel, professeur de relations internationales à l'ESG Management School. "L’alternative politique n’est pas encore née. Il existe non seulement des dissensions politiques au sein de l’opposition mais aussi des désaccords confessionnels entre sunnites, alaouites, etc., explique le spécialiste. Le risque, aujourd’hui, est de voir apparaître différentes milices au sein de l’opposition, chacune armée et chacune avec des propres revendications."

Première publication : 27/02/2012

  • SYRIE

    L'Union européenne renforce ses sanctions contre Damas

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La conférence des "amis de la Syrie" changera-t-elle la donne à Damas ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Burhan Ghalioun réélu pour trois mois à la tête du CNS

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)