Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Le Croissant-Rouge pénètre à Homs, les journalistes étrangers toujours bloqués

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/02/2012

Trois blessés syriens ont été évacués du quartier de Bab Amr, à Homs (centre), par le Croissant-Rouge syrien. Après l'échec de négociations diplomatiques, les journalistes étrangers sont en revanche toujours bloqués dans la ville.

AFP - Les négociations et les préparatifs en cours lundi pour évacuer les journalistes étrangers bloqués dans le quartier rebelle de Baba Amr, à Homs, dans le centre de la Syrie, n'ont pas abouti, a indiqué une source diplomatique occidentale à Damas.
              
"L'évacuation des journalistes n'a pas eu lieu mais en revanche trois blessés syriens ont pu être sortis par les ambulances du Croissant rouge syrien", a affirmé cette source.

Pourtant, selon un négociateur, "on était prêt d'y arriver mais à la dernière minute, cela a bloqué alors que les ambulances étaient entrées à Baba Amr". Il a refusé de préciser si le blocage venait de l'intérieur de Baba Amr contrôlé par les militaires dissidents ou de l'extérieur par les forces régulières.
              
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant rouge arabe syrien (CRAS) avaient réussi vendredi pour la première fois à évacuer sept blessés et vingt femmes et enfants malades de Baba Amr.
              
Pour sa part, le porte-parole du CICR à Damas Saleh Dabbakeh, a indiqué que le CICR et le CRAS avaient fait entrer des médicaments dans le quartier rebelle et que les ambulances étaient toujours à l'intérieur.
              
Le président français Nicolas Sarkozy avait affirmé lundi matin que "l'amorce d'une solution" était en train de s'esquisser pour évacuer les journalistes occidentaux bloqués à Homs.
              
"Ce week-end, on n'avait aucune solution. La situation à Homs est extrêmement complexe, cette nuit nous avons l'amorce d'une solution", a-t-il déclaré sur la radio RTL. Mais "tant qu'ils ne seront pas à l'abri, je ne peux pas vous garantir cela, c'est extrêmement tendu", a-t-il ajouté.
              
La journaliste française Edith Bouvier et le photographe indépendant britannique Paul Conroy, blessés mercredi dans un bombardement à Homs, sont toujours bloqués ainsi que deux autres journalistes étrangers qui se trouvent avec eux mais qui n'ont pas été blessés.
              
L'Américaine Marie Colvin, grand reporter du Sunday Times, et le Français Rémi Ochlik, photographe à l'agence IP3 Press, ont été tués mercredi dans un bombardement qui a touché un appartement transformé en centre de presse à Baba Amr.
              
Homs se trouve à 160 km de Damas et les quartiers rebelles, comme Baba Amr, sont soumis à d'intenses bombardements de la part de l'armée syrienne.


 

Première publication : 27/02/2012

  • SYRIE

    Sur fond de violences, les électeurs se prononcent sur la nouvelle Constitution

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les négociations continuent pour l'évacuation des journalistes blessés à Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les journalistes blessés à Homs appellent à l’aide dans deux vidéos

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)