Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

SPORT

Gernot Rohr : "Mon travail au Gabon n’est pas fini"

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 28/02/2012

À deux jours de la fin de son contrat, l’entraîneur franco-allemand du Gabon, Gernot Rohr, indique à FRANCE 24 qu'il souhaiterait continuer l’aventure avec les Panthères, qu’il a emmenés en quart de finale de la CAN-2012.

Actuellement en repos dans sa maison du Cap-Ferret, dans le sud-ouest de la France, Gernot Rohr est dans l’attente… Le contrat qui lie l’entraîneur franco-allemand à la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) se termine ce jeudi 1er mars et n'a, pour l'heure, toujours pas été prolongé.

Après Amara Traoré au Sénégal, Paulo Duarte au Burkina-Faso et Harouna Doula au Niger, Gernot Rohr sera-t-il le prochain sélectionneur présent lors de la CAN organisée dernièrement au Gabon et en Guinée équatoriale à être limogé par sa fédération ?

Pour sa part, l’entraîneur des Panthères qui a emmené son équipe en quart de finale de la CAN souhaite poursuivre l’aventure. Il l’a confié à FRANCE 24.

 

FRANCE 24 - Votre contrat arrive à échéance jeudi 1er mars, quelles sont les dernières nouvelles concernant une éventuelle prolongation ?

Gernot Rohr - Pour l’instant, on attend des précisions. Il y a actuellement au Gabon un remaniement ministériel qui a abouti à la nomination d’un nouveau Premier ministre [Raymond Ndong Sima, anciennement ministre de l’Agriculture, NDLR]. Maintenant mon avenir va dépendre de la décision de mon nouveau patron, le prochain ministre des Sports.

F24 - Avant ces récentes manœuvres, avez-vous eu des précisions, des éclaircissements sur votre situation ?

G. R. - Oui, nous avons eu des discussions avec l’actuel ministre des Sports, René Ndemezo' Obiang, qui souhaitait prolonger mon contrat tout de suite. On a également discuté avec le président de la Fédération gabonaise, Placide Engandzas, qui, lui aussi, pensait qu’il fallait que l’on continue ensemble. Tous deux ont trouvé que la CAN-2012 s’était plutôt bien passée, que l’équipe jouait bien et que son parcours a donné une très bonne ambiance dans le pays. Mais, maintenant, nous sommes suspendus aux renouvellements ministériels.

F24 - Mais de votre côté, avez-vous envie de continuer l’aventure avec les Panthères ?

FOOTBALL

G. R. - Je pense que le travail n’est pas fini. J’ai beaucoup de contacts pour d’autres challenges, mais celui vécu avec le Gabon m’a bien plu. On a commencé à rajeunir l’effectif, un premier pas a été fait lors de cette CAN, mais le travail mérite d’être poursuivi.

En plus, les prochaines échéances en Afrique avec les éliminatoires à la CAN-2013 et ceux pour la Coupe du monde 2014 sont très intéressants ; avoir la possibilité d’emmener son équipe en Coupe du monde c’est le rêve de tout entraîneur. Mais pour y arriver, le parcours sera compliqué. Tout d’abord, il va falloir sortir premier d’un groupe comprenant notamment le Niger et le Burkina-Faso. De toute manière, on devrait être fixé bientôt. J’aimerais que cela soit fait avant jeudi…

F24 - Avez-vous fixé des conditions à la Fégafoot pour le renouvellement de votre contrat ?

G. R. - J’ai en effet des demandes particulières. Ainsi, je souhaite revoir l’accompagnement de la sélection, qu’il y ait moins d’interférences. Je ne demande pas le pouvoir absolu, juste le droit de travailler tranquillement, car lors de la CAN, il y avait autour de nous des gens pas toujours bien intentionnés.

F24 - Qu’avez-vous pensé des propos de Daniel Cousin qui a indiqué après la CAN qu’il ne retournerait en sélection que si vous n’en étiez plus le coach ?

G. R. - Ses propos sont assez surprenants. Tout le monde a trouvé cela bizarre. Mais vous savez, Daniel Cousin est un peu comme Franck Ribéry, dès qu’il sort du terrain il fait la tête. Personnellement, il ne m’a rien dit.

F24 - Êtes-vous toujours prêt à le sélectionner de nouveau ?

G. R. - Moi, je compte sur les bons joueurs. Daniel Cousin a 35 ans, il est en fin de carrière et il ferait bien de songer à l’après-football. Le problème, c’est que dans sa tête il n’accepte pas de raccrocher les crampons. Lors de la CAN, il a été bien. Il a apporté à l’équipe mais nous l’avons personnellement préparé pour la compétition quand personne n’en voulait.

F24 - Pierre-Emerick Aubameyang a, lui, véritablement explosé lors de cette CAN, que pensez-vous de votre attaquant de 22 ans ?

G. R. - Pierre-Emerick est un joueur magnifique. C’est le footballeur le plus rapide que j’ai eu l’occasion de voir dans ma carrière. Il a été une révélation de la CAN. Il a pris confiance en lui, même s’il a raté son pénalty [contre le Mali en quart de finale, NDLR]. C’est un athlète précieux, efficace. On aimerait avoir plus de joueurs comme lui dans son équipe.

Première publication : 28/02/2012

  • FOOTBALL

    Courbis : "Devenir sélectionneur du Niger m'intéresse"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Hervé Renard : "J’aimerais entraîner le Sénégal"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)