Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

Economie

Imposer les riches à 75 % pour “mettre un holà aux rémunérations”

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/02/2012

La proposition de François Hollande d’instaurer une nouvelle tranche d’imposition pour les revenus les plus élevés a été largement commentée mardi. Gadget électoraliste pour certains, mesure non dénuée d’intérêt économique pour d'autres.

Ils lui disent merci et se déchaînent contre lui. Les membres de la majorité présidentielle ont réagi, mardi, sur la proposition formulée la veille par le candidat socialiste, François Hollande, d’instaurer une nouvelle tranche d’imposition à 75 % pour les contribuables qui gagnent plus d’un million d’euros par an.

Pour les flingueurs du président sortant Nicolas Sarkozy, la proposition de François Hollande est du pain béni et permet de dépeindre leur adversaire en excité de l’imposition tous azimuts. ”Cela relève de l’improvisation permanente”, a estimé mardi Luc Châtel, le ministre de l’Éducation, sur Europe 1, rappelant que rien de tel n’était inscrit dans le programme du candidat socialiste. Le locataire de Bercy, François Baroin, a lui dénoncé une “mesure de spoliation” et son homologue à la Défense, Gérard Longuet, a conseillé à François Hollande de “réflechir avant de parler”.

Une vision simpliste pour le spécialiste de la fiscalité du patrimoine Gabriel Zucman. Cet économiste, chercheur à l’École d’économie de Paris, explique à FRANCE 24 pourquoi la proposition de François Hollande est plus qu’un gadget électoraliste.

FRANCE 24 : L’ancien Premier ministre UMP, Jean-Pierre Raffarin, qualifie la proposition de François Hollande d’initiative à destination électorale. Pensez-vous également qu'il s'agit d'un effet d’annonce ?

Gabriel Zucman : Instaurer une nouvelle tranche d’imposition à 75 % pour les plus gros revenus a un sens économique indéniable. C’est une manière pour la puissance publique de mettre un holà à des rémunérations qui n’ont pas de légitimité très forte et font même souvent peser un risque sur la société.

En effet, les quelques milliers de Français qui gagnent plus d’un million d’euros par an sont soit des dirigeants de grands groupes dont le salaire est fixé par des conseils d’administration où siègent leur pairs, soit des spécialistes de la finance qui ont pris des risques énormes pour gagner gros. Imposer un taux à 75 % leur démontre que l’État déplore la manière dont ils ont gagné ces sommes car cela a un coût pour la société ; que la prise de risques et le creusement des inégalités doivent cesser.

F24 : Mais annoncer une mesure qui ne concernera que quelques milliers de personnes, est-ce vraiment la priorité du moment ?

G. Z. : Encore heureux que cette nouvelle tranche ne concerne pas plus de contribuables. Il est impossible de taxer trop de personnes à 75 % de leurs revenus. Certes, cette proposition n'aura pas un impact considérable sur les recettes fiscales, mais sa logique qui est de dire que l’impôt doit être juste et qu’il peut servir pour tenter d’arrêter des dérives potentiellement dangereuses pour la société me semble important.

F24 : Mais avec les niches et l’évasion fiscales cette mesure n’est-elle pas condamnée à l’échec ?

G. Z. : Il n’y a aucune preuve concrète que la pression fiscale entraîne un exil massif des contribuables. Il y a tout au plus quelques centaines de Français qui se domicilient chaque année dans un pays au régime fiscal plus doux. Il faut donc arrêter de dire que c’est un problème.

En revanche, il est évident que l’impôt sur le revenu ne fonctionne plus aujourd’hui. À cause des nombreuses niches fiscales, il rapporte moitié moins à l’État que la CSG (contribution sociale généralisée) dont le taux n’est pourtant que de 8 %. Dans ce contexte, je pense que François Hollande se trompe en voulant simplement ajouter une nouvelle tranche au système existant. Ca ne sera réellement efficace que s’il engage une profonde réforme de l’impôt sur le revenu qui intègre sa nouvelle proposition.

Première publication : 28/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le pari politique et économique de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande s'appuie sur le projet du PS sans en faire un décalque

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)