Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Macky Sall, l'homme défie Abdoulaye Wade au second tour

Vidéo par Julie ALBET

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 12/03/2012

Macky Sall s’apprête à affronter Abdoulaye Wade, au cours d’un second tour de la présidentielle sénégalaise. Après une campagne de près de trois ans, l'ancien fidèle du président sortant pourrait s’asseoir dans le fauteuil de son ex-mentor.

Trois ans que Macky Sall, 50 ans, prépare cette élection. "La présidentielle, c’est un but", affirmait-il à l'hebdomadaire "Jeune Afrique" en mai 2011. Depuis 2009, l'ex-Premier ministre sénégalais sillonne son pays pour faire connaître son nom et celui de son parti politique, l’Alliance pour la République (APR). Avec succès. Longtemps dans le giron politique d’Abdoulaye Wade, il s’apprête à affronter son ancien mentor lors du second tour de la présidentielle.

Macky Sall a longtemps été un pilier du parti présidentiel, le Parti démocratique sénégalais (PDS). Celui qu’il accuse aujourd’hui de "violer la Constitution" en se présentant pour un troisième mandat consécutif lui a autrefois confié le ministère des Mines et de l’Énergie en 2001, puis celui de l’Intérieur en 2003. En 2004, Abdoulaye Wade finit même par lui mettre entre les mains les rênes du gouvernement, qu’il conserve jusqu’en juin 2007. La même année, il est nommé numéro 2 du PSD.

À la tête du gouvernement, Micky Sall fait des émules. Ingénieur géologue de formation, son esprit pragmatique et son efficacité séduisent. Si ses ministres l’apprécient pour sa souplesse, certains de ses proches lui reproche cependant son manque de fermeté. Homme de confiance du "Vieux" – surnom du président sortant –, il est nommé directeur de campagne pour la présidentielle de février 2007. Wade remporte le scrutin haut la main dès le premier tour, avec 53 % des voix. Quatre mois plus tard, Macky Sall quitte son poste de Premier ministre pour celui de président de l’Assemblée nationale.

La "lourde faute politique" de Sall

Puis en novembre 2007, c’est le coup de théâtre. Macky tombe brutalement en disgrâce. On lui reproche une "lourde faute politique", selon les termes de l'entourage présidentiel. Son erreur ? Avoir demandé des comptes à Karim Wade, le fils du chef de l'État, pour sa gestion controversée du chantier de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci) à Dakar. Du jour au lendemain, Sall devient indésirable. Wade exige qu’il démissionne de la présidence de l’Assemblée nationale. Sall refuse. "On ne pensait pas qu’il était capable de lui dire ‘non’", confie l’un de ses proches, cité par "Jeune Afrique".

La chute est douloureuse pour Macky Sall, qui soutenait inconditionnellement Abdoulaye Wade depuis sa première candidature à la présidence en 1983. Son mandat à la tête de l’Assemblée nationale est réduit de cinq à un an, son poste au sein du PSD est supprimé. Un an après sa mise au ban, il finit par démissionner du parti et du perchoir. Il crée l’Alliance pour la République et part, selon sa propre expression, "battre campagne" aux quatre coins du Sénégal.

Un homme peu charismatique mais compétent

En trois ans, l’homme réputé introverti et peu bavard n’a pas beaucoup gagné en charisme. Piètre orateur, il parle d’une voix monocorde au débit particulièrement lent. Il est également réputé peu souriant et sans fantaisie, ce qui lui a valu le surnom de "Niangal Sall" : "Sall le sévère" en wolof. Malgré ce déficit d'image, il parvient à conquérir une partie des Sénégalais. Ses atouts ? Les observateurs et politologues le disent "honnête", "sérieux", "compétent" et "intègre".

Maire de Fatick, une ville à 140 km de Dakar, Macky a réussi à étendre son influence bien au-delà de sa région d’origine grâce, notamment, à sa maîtrise de trois langues régionales en plus du français et de l’anglais. Son âge joue également en sa faveur face à un Abdoulaye Wade vieillissant. "Les hommes politiques au Sénégal sont en place depuis les années 1960. Le peuple sénégalais en a assez, il veut du changement, des gens ouverts sur le monde", confirme Emmanuel Faye, l’un de ses partisans.

Macky Sall semble donc désormais à même d’incarner l’alternative face au président en place depuis 12 ans. L’opposition, qui s’était fédérée autour du Mouvement du 23-Juin (M23) pour contrer Wade et qui espérait être représentée par un candidat unique, reste un peu amère après la candidature solitaire de Sall. Elle a malgré tout promis de s’unir derrière "le candidat d’opposition le mieux placé". Macky Sall semble donc bien parti pour le second tour. Ce que confirme Philippe Hugon, spécialiste du Sénégal à l’Institut de recherche international et stratégique (Iris) : "Sall est extrêmement compétent et capable d’apaiser les tensions. Je pense qu’il a de grandes chances de remporter la présidentielle au second tour".


 

Première publication : 28/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Macky Sall : "L'amélioration des conditions de vie sera ma priorité absolue"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Le camp Wade admet l'idée d'un second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Pourquoi ils ont voté Wade, Macky ou Tanor...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)