Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

Afrique

Macky Sall : "L'amélioration des conditions de vie sera ma priorité absolue"

Texte par Dorothée THIÉNOT , , envoyée spéciale au Sénégal

Dernière modification : 02/07/2012

Selon des résultats partiels et non officiels du premier tour de l'élection présidentielle, Macky Sall serait au coude-à-coude avec l'actuel président Abdoulaye Wade. FRANCE 24 l'a rencontré dans son QG de campagne au lendemain du scrutin.

Selon des résultats partiels et non officiels, Macky Sall devrait affronter Abdoulaye Wade au second tour de l'élection présidentielle qui devrait se tenir entre le 18 mars et le 1er avril. Depuis la création de son parti, l'Alliance pour la République, l’ancien allié du président sortant a su fédérer les électeurs et les partis de l'opposition autour de lui. Interview.
 

FRANCE 24 : Le coût de la vie fait partie des revendications qui ont mis les Sénégalais dans la rue. Quelles mesures comptez-vous prendre pour améliorer les conditions de vie ? 

Macky Sall: Les revendications des Sénégalais sont très nombreuses. Il y a évidemment la vie chère, les lacunes sanitaires, la protection sociale, l'éducation et la formation, la nécessité de promouvoir un Etat de droit... Les Sénégalais ont besoin d'une démocratie apaisée. Cette demande est extrêmement forte et nous l'avons entendue.

Concernant la vie chère, nous prévoyons d'auditer les différentes structures, dans une totale transparence, de pointer les manques à gagner et d'agir sur la fiscalité pour réduire les coûts. Le cas échéant, nous utiliserons des subventions et couperons ailleurs dans le budget. L'amélioration des conditions de vie sera la priorité absolue. 

Vous avez travaillé longtemps au sein du parti du président Wade. En quoi vous en démarquez-vous aujourd'hui ? 

M. S.: Je serai pour une réelle rupture. Je donnerai de nouvelles orientations à l'investissement public et mettrai l'accent sur le domaine social et les réformes structurelles. Mais les chantiers entamés par le président Wade seront maintenus, en toute transparence. Notre mission sera d'assurer le minimum social et que tous les Sénégalais aient accès à une couverture sociale. 

Dans l'éventualité d'une victoire, pensez-vous à intégrer d'autres partis à votre gouvernement ? 

M. S.: Nous travaillerons au sein d'un gouvernement élargi. Toutes les forces vives et les compétences seront mises au service du pays. Nous faisons partie du M-23, et je m'allie et salue les différents partis d'opposition dans leur lutte pour une restauration démocratique - même si j'ai choisi d'aller à la rencontre des Sénégalais à travers le pays. Je suis en faveur de l'alternance politique.

Je me suis démarqué dans la mesure où j'ai choisi d'aller battre campagne quand d'autres ont tout misé sur le renoncement de Wade à se présenter aux élections. Mais nous faisons front uni.

Première publication : 28/02/2012

  • SÉNÉGAL

    Participation massive au premier tour de l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Pourquoi ils ont voté Wade, Macky ou Tanor...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)