Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Macky Sall : "L'amélioration des conditions de vie sera ma priorité absolue"

Texte par Dorothée THIÉNOT

Dernière modification : 02/07/2012

Selon des résultats partiels et non officiels du premier tour de l'élection présidentielle, Macky Sall serait au coude-à-coude avec l'actuel président Abdoulaye Wade. FRANCE 24 l'a rencontré dans son QG de campagne au lendemain du scrutin.

Selon des résultats partiels et non officiels, Macky Sall devrait affronter Abdoulaye Wade au second tour de l'élection présidentielle qui devrait se tenir entre le 18 mars et le 1er avril. Depuis la création de son parti, l'Alliance pour la République, l’ancien allié du président sortant a su fédérer les électeurs et les partis de l'opposition autour de lui. Interview.
 

FRANCE 24 : Le coût de la vie fait partie des revendications qui ont mis les Sénégalais dans la rue. Quelles mesures comptez-vous prendre pour améliorer les conditions de vie ? 

Macky Sall: Les revendications des Sénégalais sont très nombreuses. Il y a évidemment la vie chère, les lacunes sanitaires, la protection sociale, l'éducation et la formation, la nécessité de promouvoir un Etat de droit... Les Sénégalais ont besoin d'une démocratie apaisée. Cette demande est extrêmement forte et nous l'avons entendue.

Concernant la vie chère, nous prévoyons d'auditer les différentes structures, dans une totale transparence, de pointer les manques à gagner et d'agir sur la fiscalité pour réduire les coûts. Le cas échéant, nous utiliserons des subventions et couperons ailleurs dans le budget. L'amélioration des conditions de vie sera la priorité absolue. 

Vous avez travaillé longtemps au sein du parti du président Wade. En quoi vous en démarquez-vous aujourd'hui ? 

M. S.: Je serai pour une réelle rupture. Je donnerai de nouvelles orientations à l'investissement public et mettrai l'accent sur le domaine social et les réformes structurelles. Mais les chantiers entamés par le président Wade seront maintenus, en toute transparence. Notre mission sera d'assurer le minimum social et que tous les Sénégalais aient accès à une couverture sociale. 

Dans l'éventualité d'une victoire, pensez-vous à intégrer d'autres partis à votre gouvernement ? 

M. S.: Nous travaillerons au sein d'un gouvernement élargi. Toutes les forces vives et les compétences seront mises au service du pays. Nous faisons partie du M-23, et je m'allie et salue les différents partis d'opposition dans leur lutte pour une restauration démocratique - même si j'ai choisi d'aller à la rencontre des Sénégalais à travers le pays. Je suis en faveur de l'alternance politique.

Je me suis démarqué dans la mesure où j'ai choisi d'aller battre campagne quand d'autres ont tout misé sur le renoncement de Wade à se présenter aux élections. Mais nous faisons front uni.

Première publication : 28/02/2012

  • SÉNÉGAL

    Participation massive au premier tour de l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Pourquoi ils ont voté Wade, Macky ou Tanor...

    En savoir plus

  • Présidentielle au Sénégal : un scrutin surveillé de près

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)