Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Afrique

Julius Malema, leader des jeunes de l'ANC, a été exclu du parti

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/02/2012

Accusé d'avoir semé la division au sein du Congrès national africain (ANC), Julius Melema, 30 ans, chef de la branche jeune du parti, a été exclu mercredi du plus vieux mouvement de libération africain.

AFP - Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud a exclu mercredi le président de son mouvement de jeunesse, Julius Malema, estimant qu'il n'avait manifesté aucun remords après avoir semé la division dans le parti.

"Le camarade Julius Malema est exclu de l'ANC", a déclaré la commission disciplinaire du parti dans un communiqué.

Il a deux semaines pour faire appel.

Le jeune tribun de 30 ans fait l'objet d'une procédure disciplinaire depuis août pour ses atteintes répétées à l'image et à l'unité du parti.

En novembre, l'ANC lui a demandé de prendre la porte pendant cinq ans, une suspension dont il a fait appel mais qui a été confirmée début février, tout en lui laissant une nouvelle possibilité de plaider sa cause pour peut-être obtenir une réduction de la sanction, conformément aux statuts du parti.

"La commission nationale de discipline de l'ANC s'est réunie, a entendu les arguments à charge et à décharge (...) et rendu un jugement collectif", avait indiqué mercredi l'ANC dans un premier communiqué.

Le second texte publié après que toutes les parties eurent été informées explique que la commission n'a pas voulu faire d'exception pour le turbulent chef de son mouvement de jeunesse.

"L'effet cumulé des infractions passées et présentes du camarade Malema's, ajoutées à son manque évident de remords et de respect pour la constitution de l'ANC et ses structures (...) n'a laissé d'autre choix que de considérer son inconduite comme extrêmement grave", dit le texte.

La procédure engagée n'a pas mis un terme à sa carrière politique et, jusqu'à son exclusion du moins, M. Malema n'a rien changé aux méthodes provocatrices qui font son fond de commerce et lui assurent une intense couverture médiatique.

Qu'il s'agisse des inégalités économiques, de la pauvreté persistante d'une majorité de Noirs, de la question raciale toujours à fleur de peau, ou de la non moins sensible question de la propriété des domaines agricoles et miniers, tout est bon pour lui pour jeter de l'huile sur le feu et faire de la surenchère.

Il défie aussi plus ouvertement que jamais l'autorité du président Jacob Zuma, ajoutant au malaise d'un parti rongé par les rivalités personnelles et idéologiques, et qui peine à gérer le désenchantement des nombreux laissés-pour-compte de l'Afrique du Sud post-apartheid.

Outre la possibilité de faire appel de son exclusion, M. Malema pourra encore se retourner devant Comité exécutif national, l'instance suprême du parti.

Cette procédure pourrait durer jusqu'en décembre. L'ANC sera alors réunie à Bloemfontein (centre), lors d'un congrès au cours duquel Jacob Zuma briguera un second mandat à la tête du parti, ce qui lui permettrait de se succéder à lui-même à la présidence du pays en 2014.

 

Première publication : 29/02/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    Pour les 100 ans de l'ANC, Jacob Zuma célèbre la société multiraciale

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L’ANC célèbre son centenaire sur fond de querelles internes

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le plus gros scandale de corruption post-apartheid sur le devant de la scène ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)