Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

FRANCE

Montebourg et Pulvar pris à partie par des partisans d'extrême droite

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2012

Le député PS Arnaud Montebourg et sa compagne, la journaliste Audrey Pulvar, affirment avoir été pris pour cible mardi soir à Paris par une quinzaine d'individus favorables au Front national. Marine Le Pen a condamné cette agression.

AFP - La journaliste Audrey Pulvar et son compagnon, le député PS Arnaud Montebourg, ont été pris à partie mardi soir à Paris par des individus scandant des slogans favorables au FN et des injures antisémites, selon un récit de Mme Pulvar sur Twitter confirmé par M. Montebourg à l'AFP.

"Rentrant à pied avec mon compagnon, nous avons été pris à partie par une quinzaine d'individus. Aux cris de la France aux Français et autres 'Le Pen président'", raconte la journaliste sur son compte Twitter.

Marine Le Pen condamne "bien entendu" cette agression

"Evidemment, je condamne ce type d'agression, bien entendu, et j'espère que la police va faire son travail", a réagi ce mercredi sur Europe 1 Mme Le Pen. "J'aimerais aussi que l'ensemble des responsables politiques condamne de façon générale les violences qui sont commises à l'égard des candidats", a-t-elle poursuivi.

Mardi soir, Audrey Pulvar avait interpellé la présidente du  Front national sur son compte Twitter. "Mme Le Pen, cautionnez-vous?", demandait-elle alors.



"Nous avons essuyé des jets de verres qui se sont brisés dans notre dos", écrit-elle.

"On sortait d'un resto ils étaient devant un bar", précise-t-elle, ajoutant que ces individus ont aussi scandé "juden, juden, juden..." ("juifs" en allemand, ndlr) ou "Jean-Marie nous a donné la permission de minuit pour chasser les youpins de Paris".

"Mme Le Pen, cautionnez-vous?", écrit encore Audrey Pulvar interpellant la candidate du Front National à la présidentielle.

"Nous avons porté plainte. Bien sûr. Comment laisser (sans) suite de telles insultes?", souligne la journaliste de France Inter.

Elle a précisé à l'AFP que l'incident avait duré "quelques minutes".

"Je n'ai pas été blessée, mais je trouve cela effrayant que des gens se mettent à hurler dans la rue qu'ils vont chasser des youpins, cela fait froid dans le dos, d'autant qu'ils étaient jeunes", a-t-elle expliqué mercredi matin.

"Je confirme", avait indiqué auparavant Arnaud Montebourg à l'AFP. "Nous sommes ensemble (avec Audrey Pulvar, ndlr) avec la police pour dépôt de plainte."

Sur Twitter, le récit a rapidement suscité des réactions.

"Inadmissible, ça prouve qu'il faut combattre sans relâche le FN qui tente d'avancer masqué, ce soir il montre son vrai visage", a posté le député PS Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée.

"Solidarité totale avec A. Montebourg et A. Pulvar lâchement agressés. Le vrai visage hideux de l'extrême droite", a renchéri le numéro deux du PS Harlem Désir, ancien président de SOS Racisme.

 

Première publication : 29/02/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Pour Marine Le Pen, la viande distribuée en Île-de-France est "exclusivement" halal

    En savoir plus

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    Selon un sondage, le tiers des Français soutient les idées du Front national

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Arnaud Montebourg, le monsieur propre du Parti socialiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)