Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Moyen-orient

Retour sur la journée du jeudi 1er mars en Syrie

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2012

Alors que le quartier de Baba Amr, à Homs, est tombé aux mains de l'armée syrienne et que 38 personnes ont péri dans le pays, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration appelant Damas à autoriser la venue d'un observateur de l'ONU.

L'armée syrienne a pris le contrôle total du quartier de Baba Amr, à Homs. Ce bastion de la rébellion, dans le centre du pays, est assiégé et bombardé depuis 27 jours.

- L'Armée syrienne libre (ASL) a déclaré s’être repliée du quartier de Baba Amr face à l'assaut de l'armée régulière. Le colonel Riad Assaad, chef de l’ASL, a annoncé un retrait "tactique" de ses combattants "par souci pour les vies des civils". Pour lui venir en soutien, le Conseil national syrien (CNS) a annoncé qu'il organiserait des livraisons d'armes à la rébellion par le biais d’un nouveau bureau militaire.

- Les 15 Etats membres du Conseil de sécurité ont adopté, à l'unanimité, une déclaration dans laquelle ils "déplorent" la détérioration de la situation humanitaire dans le pays et exhortent Damas à autoriser la venue de Valerie Amos, chargée d'évaluer les besoins humanitaires des populations civiles auprès de l'ONU, interdite de se rendre en Syrie ces derniers jours. La Russie elle-même a recommandé "avec insistance" à Damas de la recevoir, en signe de "bonne volonté". En fin de journée, les autorités syriennes se sont déclarées prêtes à discuter de la visite de Mme Amos.

- Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 38 personnes ont été tuées jeudi en Syrie : 17 civils dans les combats aux abords de Baba Amr, où l'armée procédait à des perquisitions et à des arrestations. En outre, toujours à Homs, des tireurs embusqués ont tué un civil dans le quartier de Bayyada et trois autres celui de Bab al-Sbaa. Un civil a aussi été abattu dans la province de Hama (centre) et un autre dans celle de Damas. Au moins huit soldats et sept déserteurs ont également péri dans des combats dans la province d'Al-Qounaitra (sud-ouest), frontalière du plateau du Golan, conquis et annexé par Israël.

- Le CNS a indiqué redouter un "massacre" de plus grande ampleur, après la prise du quartier de Baba Amr. Il a appelé la communauté internationale et les pays arabes et islamiques à "réagir immédiatement".

- Face aux violences qui ont coûté la vie à plus de 7 500 personnes depuis mars 2011 et à une crise humanitaire profonde, le Conseil des droits de l'Homme a adopté une résolution condamnant les "violations de plus en plus graves des droits de l'Homme" en Syrie et appelant Damas à autoriser un "accès sans entrave" à l'ONU et aux agences humanitaires.

- Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé qu’il se rendrait vendredi à Baba Amr en compagnie du Croissant rouge arabe syrien (CRAS) "pour convoyer une aide humanitaire et évacuer les blessés". A Genève, le siège du CICR a également confirmé des "indications positives" de la part des autorités de Damas concernant sa demande de trêve humanitaire de deux heures par jour.

- En attendant, privés d’eau et d’électricité, les habitants restés à Baba Amr se sont regroupés dans les rues de Homs pour recueillir de la neige fondue pour subvenir à leurs besoins immédiats.

- La Grande-Bretagne a annoncé le retrait de tout son personnel diplomatique de Syrie et la suspension de l'activité de son ambassade à Damas, en raison de la dégradation des conditions de sécurité.

 

 


Première publication : 01/03/2012

  • ONU

    Le Conseil des droits de l'homme adopte une résolution sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Imbroglio autour de l'évacuation au Liban de la journaliste Édith Bouvier

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le bilan de la répression en Syrie dépasse les 7 500 morts, selon l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)