Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

En attente de leur procès, plusieurs membres d'ONG quittent le pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2012

Actuellement jugés pour financements illégaux et ingérence dans les affaires politiques égyptiennes, 17 employés étrangers d'ONG, dont des Américains, ont quitté le pays vendredi. Leur procès a été ajourné au 26 avril.

AFP - Des membres d'ONG étrangers, parmi lesquels des Américains, actuellement jugés pour financements illégaux, ont quitté l'Egypte jeudi après la levée de l'interdiction de sortie du territoire qui leur était imposée par les autorités, ont indiqué des responsables de sécurité.

Ces 17 employés étrangers d'ONG de défense de la société civile, dont neuf Américains, ont quitté l'aéroport du Caire à bord d'un appareil privé arrivé de Chypre, selon des sources aéroportuaires.

Les conséquences de l’affaire à Washington
L'agence officielle égyptienne Mena a indiqué pour sa part que 15 étrangers, dont 8 Américains, ont quitté l'Egypte à destination de l'aéroport chypriote de Larnaca, publiant une liste des noms et des nationalités des passagers.

Selon elle, les autres passagers sont un Norvégien, trois Serbes, deux Allemands et un Palestinien.

Les Etats-Unis ont fourni un avion pour "faciliter" le départ de ces membres d'ONG, a déclaré à des journalistes la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

La porte-parole a également indiqué que leur départ "ne (réglait) pas le dossier judiciaire ni les questions plus larges concernant" le travail de ces organisations en Egypte.

"Nous allons continuer à travailler avec le gouvernement égyptien sur ces questions", a-t-elle assuré.

Quarante-trois employés égyptiens et étrangers d'ONG présentes en Egypte sont accusés d'avoir reçu des financements étrangers illégaux et de s'être ingérés dans les affaires politiques du pays.

Leur procès, qui a provoqué de vives tensions avec les Etats-Unis et suscité des interrogations sur l'orientation de l'Egypte post-Moubarak, a commencé dimanche avant d'être renvoyé au 26 avril.

Outre les Américains et les Egyptiens, se trouvent parmi les prévenus des Serbes, des Norvégiens, des Allemands, des Palestiniens et des Jordaniens, selon la justice égyptienne.

Retour sur le procès d'Hosni Moubarak
Seule une minorité des 19 Américains inculpés est présente en Egypte, selon le responsable d'une ONG américaine, les autres ayant quitté le pays avant que l'interdiction de sortie du territoire ne soit prononcée. Celle-ci a été levée mercredi, selon des sources judiciaires.

Certains, comme Sam LaHood, responsable de la section Egypte de l'International Republican Institute (IRI) et fils du ministre américain des Transports Ray LaHood, se sont réfugiés à l'ambassade des Etats-Unis.

Mardi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a assuré que l'Egypte et les Etats-Unis "approchaient d'une solution" dans la crise déclenchée par ce procès, assurant espérer "très vite" une résolution de l'affaire.

"Nous menons des discussions très intenses avec le gouvernement égyptien pour trouver une solution" à ce dossier, a ajouté la chef de la diplomatie américaine lors d'une audition devant le Congrès américain.

Ses propos étaient intervenus quelques heures avant l'annonce de la décision des juges de se retirer du procès, pour des raisons non précisées.

L'avocat égyptien Hafez Abou Saada avait estimé mardi que leur désistement s'expliquait par un conflit d'intérêts ou par des pressions.

Fin décembre, les locaux des 17 ONG spécialisées dans le soutien à la société civile ont été perquisitionnés. Les organisations, dont certaines ont formé des candidats à faire campagne et d'autres, des observateurs pour les scrutins, ont été accusées d'ingérence "politique".

Des élus américains ont averti que ce procès risquait d'avoir des conséquences irrémédiables sur les relations entre l'Egypte et les Etats-Unis, principaux bailleurs de fonds des autorités égyptiennes, avec une aide militaire annuelle d'1,3 milliard de dollars.

En dépit de l'amorce d'une solution politique à cette affaire, la ministre égyptienne de la Coopération internationale a affirmé jeudi que le procès des ONG allait se poursuivre.

Fayza Aboul Naga, considérée comme l'instigatrice de l'enquête sur ces ONG, a déclaré que le procès allait se poursuivre et que la justice allait désigner de nouveaux juges.

Première publication : 01/03/2012

  • ÉGYPTE

    Le très attendu procès des membres d'ONG ajourné au 16 avril

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Washington hausse le ton après la mise en examen de membres d'ONG étrangères

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Caire prépare la rédaction d'une nouvelle Constitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)