Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

Moyen-orient

Édith Bouvier et William Daniels attendus à Paris dans la soirée

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2012

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, a annoncé sur l'antenne de FRANCE 24 que les journalistes Édith Bouvier et William Daniels, aujourd'hui en sécurité à Beyrouth, seront rapatriés à Paris dans la soirée.

Suivez en direct l'arrivée d'Edith Bouvier et de William Daniels à l'aéroport de Villacoublay, à partir de 18H00 sur FRANCE 24.

La journaliste française Edith Bouvier, gravement blessée à la jambe dans un bombardement le 22 février à Homs et qui était bloquée depuis dans la ville assiégée du centre de la Syrie, doit arriver à Paris "en début de soirée", a annoncé sur l'antenne de FRANCE 24 le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. La jeune femme, tout comme le photojournaliste français William Daniels qui a également pu quitter la Syrie après plusieurs jours d’imbroglio, est actuellement en sécurité au Liban, en observation à l’hôpital Hôtel-Dieu de France à Beyrouth. Un avion médicalisé français est attendu en milieu de journée dans la capitale libanaise pour les rapatrier.

"Le moral est bon"

Malgré une fracture à la jambe, Edith Bouvier paraît soulagée d’avoir pu gagner le Liban : on peut la voir sourire sur des photos que s’est procurées FRANCE 24. "Le moral est bon, notre ambassadeur l’a rencontrée à l’hôpital", a précisé Bernard Valero, ajoutant que la journaliste était cependant "fatiguée". "Sa blessure à la jambe est sérieuse, mais d’après les médecins qui l’ont auscultée, elle a été bien soignée", a-t-il précisé.

Plusieurs fois reportée, son exfiltration de Syrie a eu lieu jeudi 1er mars via le nord du Liban. "Ils ont été pris en charge à la frontière libanaise par un détachement de notre ambassade ainsi qu’un médecin libanais", a détaillé le porte-parole du Quai d’Orsay sur l’antenne de FRANCE 24, ajoutant qu’elle allait être "accueillie dans une structure médicale dès son arrivée à Paris".

Le président français Nicolas Sarkozy avait indiqué jeudi soir, lors d'un bref point presse en marge du sommet européen de Bruxelles, avoir pu s’entretenir au téléphone avec les deux reporters.

Journaliste indépendante en mission pour le quotidien "Le Figaro" en Syrie, Edith Bouvier, 31 ans, a été blessée dans le bombardement du QG de presse de Homs qui a coûté la vie à Marie Colvin, grand reporter au "Sunday Times", et au Français Rémi Ochlik, photographe de l’agence IP3. La semaine dernière, sur une vidéo dans laquelle elle demandait son exfiltration d’urgence, Edith Bouvier était apparue allongée sur un lit, les traits tirés.

Étienne Mougeotte, directeur de la rédaction du "Figaro", a rendu hommage à son courage et s’est dit soulagé : "C'est un immense soulagement après des jours très difficiles", s'est-il réjoui, saluant "la forte mobilisation à tous les niveaux de l'Etat".

Une première tentative d'évacuation ratée

Une opération d’évacuation des journalistes avait déjà été tentée dans la nuit de 27 au 28 février, mais elle s’était soldée par un échec. Pris en embuscade par l’armée syrienne, le convoi composé d’opposants syriens de l’Armée syrienne libre (ASL) et de l’ONG Avaaz avait finalement dû faire demi-tour. Seul le photographe britannique Paul Conroy était parvenu à rejoindre le Liban, suivi le 29 février du journaliste espagnol d’"El Mundo" Javier Espinosa.

 La ville de Homs, pilonnée sans relâche depuis 27 jours, est désormais sous le contrôle de l’armée régulière syrienne.

Première publication : 02/03/2012

  • DIPLOMATIE

    Nicolas Sarkozy décide de fermer l'ambassade de France en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Bachar al-Assad a prouvé qu’il reste le maître du jeu chez lui"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un convoi du CICR et du Croissant-Rouge s'apprête à entrer dans Baba Amr

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)