Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Moyen-orient

Les corps de Marie Colvin et Rémi Ochlik remis aux ambassades de France et de Pologne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2012

Les corps de la journaliste américaine Marie Colvin et du photographe français Rémi Ochlik, tués le 22 février à Homs, ont été remis aux ambassades de France et de Pologne, qui représente les intérêts des États-Unis en Syrie.

AFP - Les dépouilles de la journaliste américaine Marie Colvin et du photographe français Rémi Ochlik ont été remis samedi aux ambassades de France et de Pologne, qui représente les intérêts des Etats-Unis en Syrie, a constaté l'AFP.

L'ambassadeur de France à Damas, Eric Chevallier, est monté à bord d'une ambulance où se trouvait la dépouille de Rémi Ochlik, tandis qu'une voiture de l'ambassade de Pologne accompagnait une deuxième ambulance transportant le corps de Marie Colvin.

Les deux ambulances se sont dirigées vers l'Hôpital français dans le quartier de Kassa.

Les cercueils demeureront dans une chambre froide jusqu'à ce qu'ils soient rapatriés à bord d'un avion vers Paris.

Les deux journalistes sont morts le 22 février dans le bombardement d'un appartement transformé en centre de presse improvisé par les militants à Baba Amr, bastion de la rébellion dans la ville de Homs (centre), pilonné pendant des semaines par l'armée syrienne.

Les journalistes français Edith Bouvier et William Daniels ont confié au quotidien français Le Figaro que ce jour-là vers 06H00, les roquettes de l'armée syrienne avaient atteint le centre de presse.

"Les activistes syriens qui étaient avec nous, habitués à ces bombardements, ont compris tout de suite le danger. Ils nous ont dit, il faut s'en aller tout de suite", ont-ils raconté.

Marie Colvin et Rémi Ochlik sont les premiers à sortir. Un projectile s'abat devant le centre de presse. "La déflagration est terrible. Marie Colvin et Rémi Ochlik se trouvent pratiquement sur le point d'impact. Ils sont tués sur le coup", d'après le récit rapporté par Le Figaro.


Première publication : 03/03/2012

  • SYRIE

    "Bachar al-Assad a prouvé qu’il reste le maître du jeu chez lui"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ban Ki-moon dénonce la répression à Baba Amr

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les journalistes Edith Bouvier et William Daniels de retour sur le sol français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)