Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Tollé après les propos de Guéant sur le vote des étrangers

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2012

Le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a déclaré que le vote des étrangers aux élections locales risquerait de "rendre obligatoire la nourriture halal" dans les cantines. Le socialiste Manuel Valls dénonce une "provocation".

AFP - La gauche a vivement réagi samedi aux propos de Claude Guéant qui, la veille, lors d'une réunion politique avait jugé qu'accepter le vote des étrangers aux élections locales risquait de conduire à "rendre obligatoire la présence de nourriture halal" dans les cantines.

Après avoir dénoncé une "provocation" d'un "ministre à la dérive", le porte-parole du candidat PS à la présidentielle François Hollande, Manuel Valls, a fustigé sur Europe 1 des "propos nauséabonds mais qui sont à l'image de la campagne de Nicolas Sarkozy".

"Claude Guéant est coutumier de propos accusatoires à l'égard des étrangers, mais cette fois-ci, il s'est surpassé", renchérit le sénateur-maire PS de Dijon François Rebsamen, qui accueillait samedi dans sa ville François Hollande pour un meeting.

Le candidat Modem François Bayrou a dénoncé lui "un leurre qui vise à exciter la France et à exciter les peurs", France Terre d'Asile "la quête pathétique d'un ministre qui oublie les devoirs de sa charge, espérant faire bénéficier son camp de transfert de voix de quelques extrémistes".

Le PRG a dénoncé des "amalgames", le PCF des propos "imbéciles et xénophobes", tandis que pour Olivier Besancenot (NPA), "Claude Guéant est en train de lire un prompteur écrit par Marine Le Pen".

Dans l'entourage du ministre, on s'étonnait de cette controverse, expliquant que Claude Guéant avait dit "la même chose, quasiment dans les mêmes termes lors du débat au Sénat" à l'automne lors de la proposition de loi socialiste sur le vote des étrangers.

"Devant des militants, il alertait sur les dangers du communautarisme. C'est sa conviction d'homme politique", insistait-on.

Vendredi soir, à Velaine-en-Haye, en Meurthe-et-Moselle, Claude Guéant, sous les applaudissements, a déclaré: "Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent par exemple obligatoire la présence de la nourriture halal dans les repas des cantines".

Il a également évoqué son opposition à "des réglementations des horaires de piscine (...) contraires à nos principes de mixité" ou au fait que certaines accepteraient "le port de maillots de bain de style burqa".

Quelques années après avoir laissé ouverte la porte au droit de vote des étrangers aux élections locales, Nicolas Sarkozy y est désormais opposé, comme il l'avait expliqué début février au Figaro Magazine: "Faut-il des cantines scolaires halal ? Des piscines réservées aux femmes ? Est-ce cela que nous voulons ? Ma réponse est non".

Depuis son arrivée place Beauvau il y a un an, des propos de Claude Guéant sur l'islam ont régulièrement suscité la controverse.

Fin février, il avait expliqué sa conviction que "toutes les civilisations ne se valent pas". Il avait ensuite expliqué "ne viser aucune culture", choisissant toutefois dans l'islam ses exemples pour illustrer ses propos (prières de rue et voile intégral).

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) lui avait publiquement demandé des éclaircissements, expliquant que de nombreux fidèles s'étaient "sentis visés par ces déclarations".

Au printemps 2011, à la veille du débat controversé de l'UMP sur la laïcité, Claude Guéant avait dit: "C'est vrai que l'accroissement du nombre des fidèles de cette religion et un certain nombre de comportements, posent problème."

A la même période, il avait également été critiqué pour s'être félicité que Nicolas Sarkozy ait "pris la tête de la croisade" pour mobiliser la communauté internationale dans le conflit libyen.

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait regretté l'emploi d'"expressions très déplacées telle que croisade", tandis que le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé évoquait une "maladresse".

Première publication : 03/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Imposer les riches à 75 % pour “mettre un holà aux rémunérations”

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande dénonce le "fiasco" du quinquennat Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    La presse conservatrice britannique peu élogieuse à l'égard de François Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)