Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Attaque des Taliban devant la base américaine de Bagram

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2012

Un attentat-suicide devant la base américaine de Bagram, dans l'est de l'Afghanistan, a tué au moins deux adolescents afghans ce lundi. Les Taliban ont déclaré avoir voulu se venger de l'incinération de plusieurs Corans par des soldats américains.

AFP - Au moins deux adolescents afghans ont été tués et quatre autre civils afghans blessés lundi dans un attentat suicide devant la base américaine de Bagram, où avait démarré la récente controverse sur les Corans brûlés, ont annoncé les autorités locales.

L'attaque a immédiatement été revendiquée par les rebelles talibans, qui ont déclaré avoir ainsi voulu se venger de l'incinération de plusieurs livres saints de l'islam par des soldats américains dans la prison de la base, un acte qui a récemment déclenché une vague de manifestations meurtrières dans le pays.

Un kamikaze "portant une veste chargée d'explosifs s'est fait exploser à l'extérieur de la base américaine de Bagram. Deux personnes ont été tuées et quatre blessées, toutes des civils", a déclaré à l'AFP Abdul Basir Salangi, gouverneur de la province de Parwan, où se situe la base, à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale Kaboul.

Un porte-parole de l'Isaf, interrogé par l'AFP, a indiqué qu'entre "deux et cinq morts" étaient à déplorer et que la force de l'Otan (Isaf) était "en train de déterminer" le bilan exact.

L'attaque, qui est intervenue à 17h45 heure locale (13h15 GMT), visait "une entrée de la base aérienne", a précisé Ziaurahman, adjoint du chef de la police de la province de Parwan, ajoutant que les deux morts étaient "des adolescents d'environ 14-15 ans".

"Il n'y a aucun militaire américain parmi les victimes", a affirmé M. Salangi. Le porte-parole de l'Isaf a déclaré à l'AFP qu'"aucun soldat" étranger "n'était mort", refusant d'indiquer si des militaires de l'Otan avaient été blessés, "conformément à la politique de l'Isaf".

Dans un SMS envoyé à l'AFP par un de leurs porte-parole, Zabihullah Mujahed, les talibans ont au contraire affirmé avoir "tué et blessé" "des Américains" dans cette attaque lancée "en représailles à l'incinération de Corans" à Bagram.

L'Isaf a fait savoir qu'"aucun insurgé n'avait pénétré dans la base" et que le périmètre de l'attaque avait été "circonscrit" par ses troupes, aidées par les forces de sécurité afghanes.

Six jours de violentes émeutes anti-américaines et d'attentats ont suivi la révélation le 21 février de l'incinération d'exemplaires du Coran, faisant une trentaine de morts et plus de 200 blessés dans tout l'Afghanistan.

Six militaires américains ont péri dans les jours suivants sous les balles de soldats afghans ou de collaborateurs censés être leurs alliés contre les talibans.

Des responsables américains à Washington ont assuré que les Corans incinérés "par erreur" servaient à dissimuler des messages passés entre des prisonniers afghans de cette prison.

Des enquêteurs militaires ont identifié cinq soldats responsables de l'incinération des exemplaires du Coran, qui contenaient des messages "extrémistes", selon le Washington Post.

Lundi toujours, un autre attentat suicide a tué un agent des services secrets afghans (NDS) et blessé un autre membre des NDS ainsi qu'un policier et huit civils, lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser lors d'un contrôle routier dans la ville de Jalalabad (est), a par ailleurs indiqué le ministère afghan de l'Intérieur dans un communiqué.

Première publication : 05/03/2012

  • AFGHANISTAN

    Profanation du Coran : neuf morts dans un attentat contre une base de l'Otan

    En savoir plus

  • OTAN

    Deux soldats américains tués en Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La France retire ses agents non militaires d'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)