Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Economie

Pékin veut moins de croissance pour maîtriser l'inflation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2012

Le gouvernement chinois a décidé de réduire sa croissance annuelle afin de maîtriser davantage l'augmentation des prix. La deuxième économie mondiale envisage de ramener, en 2012, la hausse de son PIB à 7,5 % contre plus de 9 % en 2011.

AFP - La Chine a limité son objectif de croissance à 7,5% pour cette année tout en maintenant le même objectif que l'an dernier pour l'inflation, qu'elle veut contenir à 4%, selon le rapport du gouvernement présenté lundi par le Premier ministre Wen Jiabao devant le parlement chinois.

En 2011, la croissance de la deuxième économie mondiale s'était élevée à 9,2%, mais son rythme s'est ralenti tout au long de l'année, passant de 9,7% en rythme annuel au premier trimestre, à 9,5% au deuxième, 9,1% au troisième et 8,9% au quatrième.

En 2010, la croissance chinoise avait caracolé à 10,4%. Ces dernières années, les objectifs de croissance affichés par le gouvernement ont été régulièrement dépassés.

L'objectif annoncé pour cette année est inférieur à celui de 8% fixé pour l'année dernière. L'économie chinoise commence à souffrir de la crise de la dette en Europe -- son premier marché à l'exportation -- et d'une reprise encore hésitante de l'économie américaine.

Ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire

L'objectif de hausse des prix annoncé par le chef du gouvernement est inchangé alors que la pression inflationniste a diminué, parallèlement au ralentissement de la croissance.

La hausse des prix s'est élevée à 5,4% en 2011, mais l'inflation a été ramenée de 6,5% en rythme annuel en juillet à 4,1% en décembre grâce à une politique monétaire restrictive, que le gouvernement a commencé depuis l'automne à assouplir graduellement pour soutenir l'activité.

Le rapport souligne toutefois que certaines mesures restrictives vont rester en place, comme dans le secteur immobilier que le gouvernement va continuer à "réguler pour ramener les prix à un niveau raisonnable", alors que ces derniers ont commencé à baisser, mais seulement légèrement, dans la plupart des villes.

L'objectif de croissance pour le commerce extérieur est de 10%, a annoncé le chef du gouvernement.

En 2011, les exportations ont augmenté de 20,3% et les importations de 24,9%.

Comme les autres années, la Chine a annoncé qu'elle allait "maintenir fondamentalement stable le taux de change du yuan", considéré comme sous-évalué par les principaux partenaires commerciaux de Pékin, tout en "rendant le régime de taux de change plus flexible".

La banque centrale a introduit en juin 2010 une marge de fluctuation de 0,5% par rapport au dollar autour d'un taux pivot fixé quotidiennement.

Dans le cadre de sa volonté d'accorder une plus large place à la croissance à la consommation des ménages, le gouvernement veut "assurer que les revenus réels des habitants à la fois urbains et ruraux progressent autant que la croissance économique".

A cette fin, le gouvernement veut notamment dépenser plus afin d'améliorer le "bien-être" de la population.

Sur le plan social, l'objectif affiché de créer 9 millions d'emplois dans les villes est inférieur au chiffre de 12,21 millions d'emplois créés l'an dernier.

Enfin, la Chine veut continuer les progrès en matière de restructuration industrielle, "briser les monopoles" et "encourager les capitaux privés à entrer dans les chemins de fer, les municipalités, la finance, l'énergie, les télécommunications, l'enseignement et les soins médicaux", selon le rapport de Wen Jiabao.

Ces réformes ont été pour l'essentiel préconisées par un récent rapport de la Banque mondiale corédigé par des conseillers du gouvernement chinois.

Première publication : 05/03/2012

  • CRISE DE LA ZONE EURO

    Les dirigeants européens convoitent les immenses réserves chinoises

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Un sommet Chine-UE sous le signe de la crise de la dette

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    "La Chine n'a ni l'intention ni les capacités d'acheter l'Europe", dit Wen Jiabao

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)