Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye: "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

Moyen-orient

La Cour suprême iranienne annule la condamnation à mort d'un ex-marine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2012

La condamnation à la peine capitale de l'ancien marine américano-iranien Amir Mirzaï Hekmati, jugé coupable d'espionnage et d'appartenance à la CIA, a été annulée par la Cour suprême iranienne. Son cas doit de nouveau être étudié par le tribunal.

AFP - La Cour suprême iranienne a annulé la peine capitale infligée à l'Américano-iranien Amir Mirzaï Hekmati, un ancien Marine, a annoncé l'agence de presse ISNA, citant une haut responsable judiciaire.

"Pour autant que je sache, le verdict a été annulé par la Cour suprême et le cas a été renvoyé" devant le tribunal pour y être de nouveau jugé, a dit le procureur général lors d'une conférence de presse. En janvier, la Cour révolutionnaire iranienne avait condamné à mort cet Américano-iranien pour "espionnage".

Les médias n'ont pas fourni d'autres détails sur cette affaire.

Mi-décembre, la télévision d'Etat iranienne avait diffusé des images dans lesquelles on voyait M. Hekmati, un ancien Marine de 28 ans né aux Etats-Unis d'une famille iranienne, avouer avoir eu pour "mission" d'infiltrer le ministère du Renseignement pour le compte de la CIA.

Selon les médias iraniens, il a été condamné à mort le 9 janvier par la Cour révolutionnaire de Téhéran pour coopération avec une nation hostile et appartenance à la CIA.

Les Etats-Unis ont appelé à sa libération. Le département d'Etat avait précisé que des diplomates suisses, qui représentent les intérêts américains à Téhéran en l'absence d'ambassade, avaient demandé à voir Amir Mirzaï Hekmati, mais que cela leur avait été refusé.

Sa mère a en revanche obtenu l'autorisation de le voir en février.

Première publication : 05/03/2012

  • DIPLOMATIE

    Bras de fer diplomatique entre Obama et Netanyahou sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • IRAN

    Triomphe des conservateurs anti-Ahmadinejad aux législatives

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Quand Téhéran tape du poing sur la table pour mieux tendre la main

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)