Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

La Cour suprême iranienne annule la condamnation à mort d'un ex-marine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2012

La condamnation à la peine capitale de l'ancien marine américano-iranien Amir Mirzaï Hekmati, jugé coupable d'espionnage et d'appartenance à la CIA, a été annulée par la Cour suprême iranienne. Son cas doit de nouveau être étudié par le tribunal.

AFP - La Cour suprême iranienne a annulé la peine capitale infligée à l'Américano-iranien Amir Mirzaï Hekmati, un ancien Marine, a annoncé l'agence de presse ISNA, citant une haut responsable judiciaire.

"Pour autant que je sache, le verdict a été annulé par la Cour suprême et le cas a été renvoyé" devant le tribunal pour y être de nouveau jugé, a dit le procureur général lors d'une conférence de presse. En janvier, la Cour révolutionnaire iranienne avait condamné à mort cet Américano-iranien pour "espionnage".

Les médias n'ont pas fourni d'autres détails sur cette affaire.

Mi-décembre, la télévision d'Etat iranienne avait diffusé des images dans lesquelles on voyait M. Hekmati, un ancien Marine de 28 ans né aux Etats-Unis d'une famille iranienne, avouer avoir eu pour "mission" d'infiltrer le ministère du Renseignement pour le compte de la CIA.

Selon les médias iraniens, il a été condamné à mort le 9 janvier par la Cour révolutionnaire de Téhéran pour coopération avec une nation hostile et appartenance à la CIA.

Les Etats-Unis ont appelé à sa libération. Le département d'Etat avait précisé que des diplomates suisses, qui représentent les intérêts américains à Téhéran en l'absence d'ambassade, avaient demandé à voir Amir Mirzaï Hekmati, mais que cela leur avait été refusé.

Sa mère a en revanche obtenu l'autorisation de le voir en février.

Première publication : 05/03/2012

  • DIPLOMATIE

    Bras de fer diplomatique entre Obama et Netanyahou sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • IRAN

    Triomphe des conservateurs anti-Ahmadinejad aux législatives

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Quand Téhéran tape du poing sur la table pour mieux tendre la main

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)