Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Economie

General Motors va investir 300 millions d'euros dans PSA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

PSA (Peugeot Citroën) a lancé, ce mardi, l'augmentation de capital qui doit lui permettre de lever un milliard d'euros. Une opération qui coûtera 302 millions d'euros à GM pour acquérir 7 % du capital du constructeur français.

REUTERS - PSA Peugeot Citroën a dévoilé mardi les modalités de l'augmentation de capital d'environ 1,0 milliard d'euros liée à son alliance avec General Motors, une opération marquée par une importante décote qui permettra au groupe américain de prendre 7,0% du capital.

Cette augmentation de capital, annoncée la semaine dernière lors de la présentation de l'alliance entre les deux constructeurs automobiles, sera ouverte dès jeudi et jusqu'au 21 mars inclus.

L'opération avec maintien du droit préférentiel de souscription se fera sur la base de 16 actions nouvelles pour 31 actions existantes, précise PSA dans un communiqué.

Le prix de souscription est fixé à 8,27 euros, faisant apparaître une décote d'environ 42% par rapport au cours de clôture de lundi (14,2050 euros), et de 32,4% par rapport au cours théorique hors droit de souscription (12,23 euros).

Une décote que le directeur financier du groupe français, Jean-Baptiste de Chatillon, a relativisée lors d'une téléconférence avec des journalistes.

"Ce qu'il faut considérer comme décote, c'est le calcul par rapport au prix théorique après émission d'un milliard, c'est à dire environ 32%, et cette décote est tout à fait habituelle dans le marché", a-t-il dit. "Ce qui compte, c'est le moment et la taille de l'augmentation de capital."

L'action PSA cédait 2,56% dans les transactions en avant-Bourse à Francfort après ces annonces.
Pour les analystes de CM-CIC Securities, "cette décote s'explique par le fait que la réussite de l'augmentation de capital conditionnait l'entrée de GM au capital de PSA et donc la naissance de l'alliance". 

Priorité aux investissements

La famille Peugeot, principal actionnaire du groupe, exercera 45,4% de ses droits pour un montant de 140 millions d'euros et vendra ses droits restants à General Motors. Ce dernier investira au total 304 millions d'euros dans l'opération, en incluant le rachat de ces droits et l'acquisitions d'actions auto-détenues (4,4 millions de titres).

A l'issue de l'augmentation de capital, les Peugeot détiendront 25,2% du capital de PSA et GM 7,0%.

"Cette levée d'argent pour PSA Peugeot Citroën sera entièrement destinée au financement de nos projets stratégiques avec General Motors", a déclaré Jean-Baptiste de Chatillon.

"Ces investissements vont nous permettre d'accélérer notre stratégie de globalisation et de monter en gamme, et (...) d'accéder à des technologies et des projets beaucoup plus rapidement et de manière plus large", a-t-il ajouté.

Des priorités dont il a également argué pour justifier la décision de PSA de ne pas verser de dividende cette année.

"Nous avons besoin de notre cash pour financer ces investissements", a-t-il résumé.
Le mois dernier, PSA avait annoncé un important plan de cessions d'actifs d'un montant global de 1,5 milliard d'euros après la publication de résultats annuels marqués par une marge opérationnelle négative dans les activités de construction automobile, un "free cash flow" négatif de 1,6 milliard d'euros et un doublement de la dette en six mois

Première publication : 06/03/2012

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    General Motors, la face cachée de l’alliance avec PSA

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    L'américain General Motors prend 7 % du capital de PSA Peugeot Citroën

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA et General Motors discutent d'un partenariat stratégique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)