Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

Economie

General Motors va investir 300 millions d'euros dans PSA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

PSA (Peugeot Citroën) a lancé, ce mardi, l'augmentation de capital qui doit lui permettre de lever un milliard d'euros. Une opération qui coûtera 302 millions d'euros à GM pour acquérir 7 % du capital du constructeur français.

REUTERS - PSA Peugeot Citroën a dévoilé mardi les modalités de l'augmentation de capital d'environ 1,0 milliard d'euros liée à son alliance avec General Motors, une opération marquée par une importante décote qui permettra au groupe américain de prendre 7,0% du capital.

Cette augmentation de capital, annoncée la semaine dernière lors de la présentation de l'alliance entre les deux constructeurs automobiles, sera ouverte dès jeudi et jusqu'au 21 mars inclus.

L'opération avec maintien du droit préférentiel de souscription se fera sur la base de 16 actions nouvelles pour 31 actions existantes, précise PSA dans un communiqué.

Le prix de souscription est fixé à 8,27 euros, faisant apparaître une décote d'environ 42% par rapport au cours de clôture de lundi (14,2050 euros), et de 32,4% par rapport au cours théorique hors droit de souscription (12,23 euros).

Une décote que le directeur financier du groupe français, Jean-Baptiste de Chatillon, a relativisée lors d'une téléconférence avec des journalistes.

"Ce qu'il faut considérer comme décote, c'est le calcul par rapport au prix théorique après émission d'un milliard, c'est à dire environ 32%, et cette décote est tout à fait habituelle dans le marché", a-t-il dit. "Ce qui compte, c'est le moment et la taille de l'augmentation de capital."

L'action PSA cédait 2,56% dans les transactions en avant-Bourse à Francfort après ces annonces.
Pour les analystes de CM-CIC Securities, "cette décote s'explique par le fait que la réussite de l'augmentation de capital conditionnait l'entrée de GM au capital de PSA et donc la naissance de l'alliance". 

Priorité aux investissements

La famille Peugeot, principal actionnaire du groupe, exercera 45,4% de ses droits pour un montant de 140 millions d'euros et vendra ses droits restants à General Motors. Ce dernier investira au total 304 millions d'euros dans l'opération, en incluant le rachat de ces droits et l'acquisitions d'actions auto-détenues (4,4 millions de titres).

A l'issue de l'augmentation de capital, les Peugeot détiendront 25,2% du capital de PSA et GM 7,0%.

"Cette levée d'argent pour PSA Peugeot Citroën sera entièrement destinée au financement de nos projets stratégiques avec General Motors", a déclaré Jean-Baptiste de Chatillon.

"Ces investissements vont nous permettre d'accélérer notre stratégie de globalisation et de monter en gamme, et (...) d'accéder à des technologies et des projets beaucoup plus rapidement et de manière plus large", a-t-il ajouté.

Des priorités dont il a également argué pour justifier la décision de PSA de ne pas verser de dividende cette année.

"Nous avons besoin de notre cash pour financer ces investissements", a-t-il résumé.
Le mois dernier, PSA avait annoncé un important plan de cessions d'actifs d'un montant global de 1,5 milliard d'euros après la publication de résultats annuels marqués par une marge opérationnelle négative dans les activités de construction automobile, un "free cash flow" négatif de 1,6 milliard d'euros et un doublement de la dette en six mois

Première publication : 06/03/2012

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    General Motors, la face cachée de l’alliance avec PSA

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    L'américain General Motors prend 7 % du capital de PSA Peugeot Citroën

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA et General Motors discutent d'un partenariat stratégique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)