Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Les grandes puissances acceptent de reprendre les discussions avec Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a accepté, mardi, au nom des grandes puissances, de relancer les discussions avec l'Iran sur son programme nucléaire. Le mois dernier, Téhéran avait déclaré être prêt à rouvrir les négociations.

AFP - La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a proposé mardi à l'Iran, au nom du groupe des 5+1, de reprendre les discussions sur son programme nucléaire, sans préciser de date ou de lieu pour la reprise de ces négociations.

"Au nom de la Chine, de la France, de l'Allemagne, de la Russie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis, j'ai offert de reprendre les pourparlers avec l'Iran sur la question nucléaire", a écrit Mme Ashton dans une lettre adressée au négociateur iranien Saïd Jalili.

Dans cette lettre, diffusée par ses services à Bruxelles, Mme Ashton souhaite notamment que Téhéran s'engage dans un "dialogue constructif".



Dans un courrier daté du 14 février et adressé à Mme Ashton, émissaire du groupe des 5+1, M. Jalili proposait de reprendre "au plus vite" les discussions sur le programme nucléaire iranien, "dans le respect du droit de l'Iran à un usage pacifique de l'énergie nucléaire".

Cette lettre de M. Jalili était une réponse à une autre lettre envoyée en octobre par Catherine Ashton, qui proposait déjà une reprise des négociations.

Les dernières discussions entre l'Iran et le groupe des 5+1 remontent à janvier 2011 à Istanbul, en Turquie.

La date et le lieu de la reprises des négociations doivent encore être établis.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu avait estimé la semaine dernière que les négociations entre l'Iran et les grandes puissances pourraient reprendre au plus tard en avril.

M. Davutoglu a indiqué que la Turquie était prête à accueillir ce nouveau round de négociations.

"S'ils (les différentes parties) choisissent la Turquie, nous ferons comme à chaque fois tout notre possible et accueillerons" la rencontre, a-t-il dit.

L'Occident soupçonne l'Iran de chercher, en enrichissant de l'uranium, à se doter de l'arme atomique. Téhéran assure pour sa part que son programme nucléaire vise uniquement à produire de l'électricité.

L'Iran semble avoir délibérément attendu l'annonce de ses dernières avancées dans le domaine nucléaire avant de donner sa réponse à Mme Ashton.

Téhéran a annoncé le mois dernier avoir réussi à produire son propre combustible nucléaire enrichi à 20% pour son réacteur de recherche. De même, l'Iran a affirmé avoir augmenté de 50% le nombre de ses centrifugeuses de première génération en activité, qui est passé de 6.000 à 9.000.

La proposition de Mme Ashton intervient également au moment où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui achève mardi une visite aux Etats-Unis centrée sur le danger posé selon lui par le programme nucléaire de l'Iran, a averti que son pays ne vivrait pas dans "la menace d'un anéantissement".

"Malheureusement, le programme nucléaire iranien a continué à se développer. Israël a attendu que la diplomatie fonctionne, nous avons attendu que les sanctions fonctionnent. Aucun d'entre nous ne peut se permettre d'attendre beaucoup plus longtemps", a déclaré M. Netanyahu devant 13.000 personnes tard lundi, lors d'une conférence de la puissante organisation pro-israélienne Aipac (American Israel Public Affairs Committee).

"En tant que Premier ministre d'Israël, je ne laisserai jamais mon peuple vivre sous la menace d'un anéantissement", a-t-il martelé.
 

Première publication : 06/03/2012

  • IRAN

    Téhéran freine les agents de l'AIEA dans leur enquête

    En savoir plus

  • IRAN

    L'AIEA lance la mission de la "dernière chance"

    En savoir plus

  • IRAN

    Selon Téhéran, les sanctions américaines n'affecteront pas ses activités nucléaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)