Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Amériques

Le financier Allen Stanford reconnu coupable d'escroquerie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

Surnommé le "petit Madoff", l'homme d'affaires texan Allen Stanford, accusé d'avoir monté une fraude pyramidale de sept milliards de dollars, a été reconnu coupable d'escroquerie ce mardi. Il encourt jusqu'à 20 ans de prison.

AFP - Le financier américain Allen Stanford a été reconnu coupable mardi par un jury américain d'une escroquerie de sept milliards de dollars.

Allen Stanford, surnommé le "petit Madoff" en référence à l'escroc new-yorkais condamné à 150 ans de prison, avait plaidé non coupable des 14 chefs d'accusation retenus contre lui. Il aurait trompé quelque 30.000 investisseurs de plus de 100 pays par des investissements bidon via la Banque Stanford International, basée sur l'île antillaise d'Antigua.

Le jury l'a reconnu coupable de 13 des 14 chefs d'accusation pour escroquerie, complot, blanchiment d'argent et obstruction à la justice. Il encourt jusqu'à 20 ans de prison.

La défense a annoncé qu'elle ferait appel du verdict de culpabilité.

Lors du procès qui s'est ouvert le 23 janvier à Houston (Texas, Sud) les procureurs ont déclaré qu'Allen Stanford avait volé les rêves de milliers de personnes en se servant de leurs dépôts comme "d'une tirelire".

Le financier, 61 ans, incarcéré depuis 2009, a tenté d'obtenir un non-lieu en affirmant que les coups reçus en prison et les médicaments dont il est dépendant avaient détruit sa mémoire, mais le juge a refusé de le croire.

Ce Texan, qui a aussi acquis la nationalité antiguaise au temps de sa splendeur, est accusé d'avoir monté une fraude pyramidale en vendant des produits financiers fictifs aux rendements exceptionnels. Les investisseurs étaient rémunérés grâce aux fonds apportés par les nouveaux arrivants.

"C'est fou ce que les gens sont prêts à risquer juste pour gagner 2% de plus", aurait déclaré Allen Stanford à une occasion, selon le témoignage d'un de ses anciens employés Jason Green.

Première publication : 06/03/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Les héritiers d'un proche de Madoff rendent 7,2 millards d'euros au liquidateur

    En savoir plus

  • AFFAIRE MADOFF

    Les victimes de Madoff ont été grugées de 21,2 milliards de dollars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)