Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy promet un nouveau tour de vis sur l'immigration

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2012

Invité sur France 2 mardi, le candidat-président a annoncé qu'il comptait diviser par deux le nombre d'immigrés accueillis chaque année en France. Il a également tiré à boulets rouges sur François Hollande et Marine Le Pen, ses principaux rivaux.

AFP - Nicolas Sarkozy, distancé dans les sondages par François Hollande, s'est efforcé mardi soir sur France 2 de minimiser son impopularité, a regretté des erreurs, annoncé un nouvel impôt pour les grandes entreprises et un nouveau tour de vis sur l'immigration.

"Casse-toi pauvre con": le mea culpa de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a fait mardi soir son mea-culpa sur son attitude au salon de l'agriculture en février 2008, expliquant qu'il n'aurait "pas dû" répondre par la "fameuse phrase" "casse-toi pauv'con" à un participant qui l'avait apostrophé de manière dédaigneuse.
              
"Je n'aurais pas dû (le) dire", a déclaré le chef de l'Etat, interrogé sur cet épisode emblématique des débuts du quinquennat, lors de l'émission de France 2 "Des paroles et des actes".
              
"Au salon de l'agriculture, j'ai fait une erreur (...), je n'aurais pas dû !", a-t-il répété, après avoir "expliqué" comment la scène s'était déroulée: "Un monsieur très agressif, que je ne connaissais pas, m'a dit +Tu me salis+, deux fois? et puis, dans un français châtié, +Touche-moi pas+", a rappelé M. Sarkozy. "Et puis, je suis parti et j'ai dit la fameuse phrase".

Le chef de l'Etat a relativisé les sondages le donnant à la traîne au premier tour et battu à plate couture au second par son rival PS, à 47 jours du premier tour.

Dans les derniers sondages, Nicolas Sarkozy est distancé au premier tour par François Hollande, de 2 points (CSA) à 4,5 points (Ipsos-Logica) et jusqu'à 8 points (BVA). Il est largement battu au second tour.

"Je ne les commente jamais, ni en hausse, ni en baisse", a-t-il dit. "La France est un peuple libre, frondeur, qui déteste qu'on lui dise ce qu'il doit faire". "Dans deux mois, on verra qui a eu raison, qui a eu tort".

Il a réfuté l'hostilité des Français à son endroit qui s'illustre par des taux d'impopularité record pour un chef de l'Etat de la Ve République. "C'est l'argument de la gauche, n'ayant pas beaucoup d'idées à proposer aux Français, qui dit que c'est un référendum pour ou contre (moi)", a-t-il plaidé.

Interrogé sur des écarts qui ont suscité la polémique tout au long de son mandat, Nicolas Sarkozy a concédé quelques erreurs.

Sur sa soirée de victoire en 2007 au Fouquet's, il a confirmé qu'on ne l'y prendrait plus. "Cette fois-ci, j'ai une famille, une famille solide, et je sais où je pourrai la fêter cette victoire: avec ceux que j'aime, avec ma femme et mes enfants et peut-être avec quelques amis", a-t-il dit.

Il a concédé qu'il n'aurait "pas dû" répondre par la "fameuse phrase" "Casse-toi pauv'con" à un participant qui l'avait apostrophé lors du salon de l'agriculture en 2008. "J'ai fait une erreur", a-t-il reconnu.

S'agissant de l'épisode du Guilvinec, fin 2007, lorsqu'il avait dit à un pêcheur "de descendre" pour répéter l'insulte qu'il venait de proférer, le candidat de l'UMP s'est refusé à tout mea-culpa: "Je n'aurais pas dû lui répondre, mais ce sont des gens que je respecte".

Interrogé sur ses liens avec certains PDG, Nicolas Sarkozy a renvoyé les socialistes à leurs propres amitiés patronales, comme Pierre Bergé, et a rappelé les fortunes personnelles de Laurent Fabius ou de Dominique Strauss-Kahn.

Moqué par la gauche comme le "président des riches", le candidat de l'UMP a réfuté tout cadeau aux plus privilégiés. "C'est un mensonge éhonté", une "imposture". "Je suis le seul président en Europe qui a maintenu un impôt sur les grandes fortunes".

Il a rejeté l'image d'un président qui "divise" et a répondu par sa volonté de réformer. Il a annoncé la création d'un nouvel "impôt sur les bénéfices minimum pour les grands groupes en France", déplorant que certains d'entre eux "maximisent les avantages fiscaux" et "ne paient pas du tout d'impôt".

M. Sarkozy a défendu sa volonté de baisser les charges pesant sur les plus petits revenus. "Si on n'allège pas les charges sur le travail, le travail sera délocalisé", a-t-il plaidé.


Au titre de ses regrets, il a répété qu'il aurait "peut-être" dû imposer "avant" une TVA sociale, finalement votée ces derniers jours par le Parlement.

Le candidat a confirmé son cap à droite sur l'immigration, thème cher à la candidate FN Marine Le Pen. Il a annoncé vouloir diviser par deux, autour de 100.000, le nombre d'immigrés accueillis en France chaque année et limiter le bénéfice du RSA et du minimum vieillesse aux étrangers présents depuis 10 ans en France et y travaillant depuis 5 ans.

Il a souhaité imposer une dose de proportionnelle aux législatives, "pour 10 à 15%" des sièges, et, s'il est réélu, a promis de se rendre en Israël et chez les palestiniens pour y lancer une "initiative" de paix au Proche-Orient.

Le président sortant a aussi annoncé la création d'un nouvel "impôt sur les bénéfices minimum pour les grands groupes en France". "On peut le faire par exemple sur le bénéfice mondial consolidé", a-t-il avancé en citant l'exemple de Total.

Il n'a pas manqué d'égratigner François Hollande. "Un homme intelligent, a-t-il dit, mais son problème, c'est que c'est un homme qui a du mal à dire non (...) il a tendance à dire oui à tout le monde".

 

Première publication : 06/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Les trois quarts des Français ne changeront pas d'avis sur Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Hué à Bayonne, Sarkozy accuse le PS d'avoir "échauffé les esprits"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy propose aux enseignants de travailler plus pour gagner plus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)