Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

Les trois quarts des Français ne changeront pas d'avis sur Nicolas Sarkozy

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

Près de 75 % des Français affirment, dans un sondage rendu public lundi, que leur opinion sur Nicolas Sarkozy ne changera pas d'ici à l'élection présidentielle, en avril prochain.

REUTERS - Près de trois quarts des Français, essentiellement des opposants au président sortant, affirment que leur "opinion" sur Nicolas Sarkozy ne changera pas, à moins de cinquante jours du premier tour de l’élection présidentielle, d’après un sondage Viavoice pour Libération rendu public lundi.

François Hollande donné encore en tête selon un sondage

AFP - François Hollande, toujours en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, et Nicolas Sarkozy, derrière lui, cèdent deux points tandis que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon en gagnent 1,5 et François Bayrou 1, selon un sondage Ipsos-Logica pour France Télévisions, Radio France et Le Monde diffusé mardi.

Avec 29,5% des intentions de vote, le candidat socialiste maintient son écart de 4,5 points sur Nicolas Sarkozy (25%) par rapport aux 24 et 25 février.

Marine Le Pen (+1,5 point) recueille 17,5% des intentions des vote. Elle est suivie de François Bayrou (12,5%, +1 point) et de Jean-Luc Mélenchon (9,5%, +1,5%).

Les autres candidats sont loin derrière: Eva Joly 2% (-0,5 point), Dominique de Villepin 1,5% (+0,5%), Nicolas Dupont-Aignan 1%, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou et Corinne Lepage 0,5% (tous stables).

Soixante-quatorze pour cent des personnes interrogées estiment que leur opinion est faite, et parmi elles, 73% disent ne pas souhaiter la réélection du chef de l’État.

Seuls 24% des sondés déclarent au contraire que « la campagne électorale » pourra les « faire changer d’avis » sur le président-candidat, et parmi eux, 45% disent souhaiter sa réélection. Ces Français susceptibles de changer d’avis sont principalement des électeurs du centre-droit et de l’extrême droite, précise l’institut de sondage.

« L’équation électorale du candidat Sarkozy apparaît complexe. Sans être parvenu à modifier le rapport de forces politiques jusqu’ici, il ne dispose, pour l’instant, que d’un faible potentiel de conversion en sa faveur », écrit dans un communiqué François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice.

Une majorité de Français (53%) estime par ailleurs que Nicolas Sarkozy a « plutôt raté » son entrée en campagne et, à choisir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, le candidat PS est jugé plus rassembleur (56% contre 28%), plus en phase avec les préoccupations des Français (56% contre 26%) et plus à même d’améliorer la situation de la France (46% contre 35%).

Une majorité de Français juge en revanche que Nicolas Sarkozy est le plus « capable de peser sur la scène internationale » (53% contre 33%). Un thème sur lequel le président a d’ailleurs attaqué son principal adversaire lundi (voir ).

Le candidat UMP est également considéré comme celui ayant le plus « la stature d’un chef d’Etat » (47% contre 36%) et étant le plus « déterminé » (46% contre 39%).

Ce sondage a été réalisé par téléphone les 1er et 2 mars auprès d’un échantillon de 1.001 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus via la méthode des quotas.


 

Première publication : 06/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L'hypothèse d'un front anti-Hollande en Europe fait polémique

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy propose aux enseignants de travailler plus pour gagner plus

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Malgré l'annonce de la candidature de Sarkozy, pas de sursaut dans les sondages selon Ipsos

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)