Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Afrique

Le second tour de l'élection présidentielle fixé au 25 mars

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2012

Le second tour de l'élection présidentielle sénégalaise se tiendra le 25 mars. Le chef de l'État sortant Abdoulaye Wade, arrivé en tête au premier tour, affrontera l'un de ses anciens Premiers ministres, Macky Sall.

AFP - Le second tour de l'élection présidentielle au Sénégal opposant le chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade à son ancien Premier ministre Macky Sall aura lieu le 25 mars, a appris lundi l'AFP auprès de la Commission électorale nationale autonome (Céna).

Le camp de M. Wade a déposé samedi un recours sur le vote du 1er tour dans un département du sud du Sénégal auprès du Conseil constitutionnel qui a au maximum 5 jours pour l'examiner et publier les résultats définitifs. Selon la Constitution, le second tour a lieu le troisième dimanche suivant cette publication, soit le 25 mars.

Portrait de Macky Sall



Quelle que soit la décision du Conseil sur le recours du camp présidentiel, portant sur des votes dans des bureaux du département de Bignona, il ne devrait pas changer de manière significative le résultat du premier tour qui s'est déroulé le 26 février.

Le président Wade, 85 ans, au pouvoir depuis 12 ans, était arrivé en tête avec 34,8% des suffrages exprimés devant Macky Sall (26,5%), selon des résultats officiels provisoires. Le taux de participation avait été de 51,5%

La campagne électorale pour le second tour débutera juste après la publication des résultats définitifs du premier tour par le Conseil constitutionnel, soit au plus tard jeudi.

Macky Sall, un ancien proche du président Wade devenu opposant en 2008, a d'ores et déjà recueilli pour le second tour le soutien des principaux candidats écartés au premier tour, dont les trois principaux, Moustapha Niasse (13,2% des voix), Ousmane Tanor Dieng (11,3%) et Idrissa Seck(7,86%).

Il a également reçu l'appui du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile), du collectif de jeunes "Y'en a marre", ainsi que du célèbre et populaire chanteur Youssou Ndour, dont la candidature à la présidentielle avait été rejetée par le Conseil constitutionnel.

Mathématiquement, Macky Sall part donc favori pour le second tour, mais le camp du président Wade compte sur la mobilisation des abstentionniste du premier tour qui, par crainte de troubles le 26 février, ne se sont pas déplacés aux urnes, selon lui.

Les quatre semaines précédant le premier tour ont été marquées par des violences liées à la contestation de candidature du président Wade à un nouveau mandat qui ont fait de 6 à 15 morts, selon les sources, et au moins 150 blessés.

La nouvelle nouvelle candidature d'Abdoulaye Wade a été jugée "illégale" par l'opposition, pour qui il a épuisé ses deux mandats légaux, ce que contestent ses partisans en soulignant que des réformes de la Constitution en 2001 et 2008 lui donnaient le droit de se représenter.

La confrontation avec son ex-Premier ministre Macky Sall, qu'il avait fait roi avant de s'en séparer sans ménagement en 2008, constitue un revers pour le président sortant qui, tout au long de sa campagne électorale s'était déclaré sûr de sa victoire au premier tour, comme en 2007, avec plus de 50% des voix.

Première publication : 06/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Abdoulaye Wade et Macky Sall se lancent dans une course aux alliances

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Abdoulaye Wade affrontera Macky Sall au second tour

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Macky Sall : "L'amélioration des conditions de vie sera ma priorité absolue"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)