Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Abattage rituel : la sortie de François Fillon provoque des remous à l'UMP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2012

Les propos controversés du Premier ministre François Fillon, qui a invité lundi les grandes religions à revenir sur les "traditions ancestrales" d'abattage rituel des animaux, font grincer des dents dans les rangs de la majorité.

AFP - Les députés et responsables UMP avaient du mal mardi à cacher leur embarras ou leur irritation, après les propos controversés de François Fillon sur le halal et le casher, certains réclamant aussi au président-candidat de réorienter sa campagne et de ne plus "subir".

Mauvais sondages, interrogations sur les chances de rebond de leur champion et polémique sur l'abattage rituel des animaux... Pour leur dernière journée à l'Assemblée avant la suspension des travaux parlementaires, les élus de la majorité avaient le moral en berne.

"On peut dire "Merci Fillon." Il nous a foutu en l'air notre dernier jour", pestait dans les couloirs une source UMP.

Un député UMP sarkozyste du sud-est résumait bien l'embarras ambiant: "On s'est mis à dos les juifs et les musulmans! Il manquait plus qu'il parle du poisson le Vendredi saint et c'était la totale."

Lundi, le Premier ministre a suggéré aux grandes religions de revenir sur les "traditions ancestrales" d'abattage rituel des animaux, qui ne correspondent plus "à grand-chose". Ces propos ont provoqué l'ire des responsables des communautés juive et musulmane et une réelle stupéfaction dans le camp présidentiel.

"Je suis vraiment un ami de François Fillon et ça m'autorise à lui dire: +Je ne suis pas d'accord.+ On ne s'ingère pas dans les rites d'une religion, quelle qu'elle soit. On doit reconnaître ces rites, les respecter", a lancé le député UMP de Paris, Bernard Debré.

Le patron du groupe UMP, Christian Jacob, a préféré éluder, façon de prendre ses distances: "François Fillon a dit ce qu'il a envie de dire. Ce n'est pas à moi de commenter."

Invité en soirée de l'émission M6/RTL/MSN "2012etvous.fr", Jean-François Copé, le numéro un de l'UMP et grand rival de M. Fillon, s'est montré direct. "Ce vocabulaire n'est pas le mien et ne sera jamais le mien. Personnellement, je ne prononcerai jamais ces mots", a-t-il assuré.

Gênée aux entournures, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, a déploré "la réaction très vive" et "disproportionnée" à ces propos. Mais "ce n'est pas le jour et ce n'est pas le moment d'engager ce débat", a-t-elle noté.

L'ex-garde des Sceaux, Rachida Dati, en conflit ouvert avec le Premier ministre à Paris, y est elle allée franco: "François Fillon mélange tout (...) Les Français doivent connaître les modes d'abattage des animaux", mais là, "il s'immisce dans les pratiques religieuses, sort de son rôle".

"C'est comme s'il allait à la télé pour dire +On va réécrire l'Ancien Testament et le Coran. +Les rites religieux, ça ne regarde pas la République! Et pourquoi pas interdire le Carême?", s'est emporté un responsable UMP. "Comparer musulmans et juifs à des hommes des cavernes, ce n'est pas ma philosophie", a pesté un ténor, accusant M. Fillon de vouloir "planter la campagne" de M. Sarkozy.

Seul Jacques Myard a volé au secours de M. Fillon en estimant que "l'intégrisme religieux, quel qu'il soit, est un danger".

"Arrêtez! Ce sujet du halal est derrière nous, on va se recentrer sur les vrais sujets comme l'emploi", s'agaçait le sarkozyste Alain Gest, conscient que M. Sarkozy, après l'avoir dénoncée à Rungis, a lui-même relancé samedi à Bordeaux cette polémique initiée par Marine Le Pen.

"La taxation à 75%, la sur-réaction aux incidents de Bayonne, le halal et le casher... Depuis une semaine, on a tort d'aller sur le terrain de nos adversaires. On subit la campagne", s'est désolé le député Daniel Fasquelle.

"Nicolas Sarkozy nous a toujours appris que, dans une campagne, il fallait lancer le débat. Je compte sur lui pour reprendre la main" a-t-il dit à l'AFP.

"Je ne comprends pas l'orientation de cette campagne (...) On fait Austerlitz dans le camp des Autrichiens. Tu parles du halal et c'est le FN qui monte", s'alarmait mardi un ministre.
 

Première publication : 07/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Abattage rituel : juifs et musulmans refusent d'être des "boucs émissaires"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Abattage rituel : en s'opposant aux "traditions ancestrales", Fillon agace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)