Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

Afrique

Le chef du CNT menace de recourir à la force pour éviter la division du pays

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2012

Le chef du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil, affirme qu'il n'hésitera pas à avoir recours à la force si les milices et les chefs de tribus de l'est du pays mettent à exécution leur projet d'autonomie de la région.

AFP - Le président du Conseil national de transition (CNT) en Libye, Moustapha Abdeljalil, a menacé mercredi de recourir à la force pour empêcher toute autonomie de l'Est du pays, proclamée la veille par des chefs de tribus et de milices.

"Nous ne sommes pas préparés à une division de la Libye", a dit M. Abdeljalil dans des propos diffusés par la télévision, appelant au dialogue ses frères de cette région baptisée Cyrénaïque et les mettant en garde contre les "restes" du régime de Mouammar Kadhafi.



"Ils devraient savoir que des +infiltrés+ et des +restes+ du régime de Kadhafi tentent de les utiliser, et nous sommes prêts à les en dissuader, même par la force", a dit M. Abdeljalil.

Le chef des autorités de transition a tenu ces propos alors qu'il se trouvait à Misrata (210 km à l'est de Tripoli) pour annoncer la fin de la rédaction de la charte nationale qui, selon lui, servira de modèle à la future Constitution de la Libye.

Des chefs de tribus et de milices de l'Est libyen avaient déclaré mardi l'autonomie de cette région pétrolière, disant avoir fait le choix d'un système fédéral.

M. Abdeljalil avait vivement réagi, accusant certains pays arabes, sans les nommer, de soutenir la "sédition".

"Des pays arabes frères, malheureusement, financent et parrainent la sédition qui s'est produite dans l'Est pour ne pas être contaminés par la révolution", avait-il affirmé.

Cette annonce intervient alors que les nouvelles autorités peinent à stabiliser le pays où les milices qui avaient combattu les forces de Mouammar Kadhafi font la loi.

Première publication : 07/03/2012

  • LIBYE

    Des chefs de tribus font campagne pour l'autonomie de l'Est libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    Moustapha Abdeljalil reconduit à la tête du CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les habitants de Misrata votent librement pour la première fois de leur histoire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)