Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

Economie

Facebook connaît sa première panne sérieuse

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/03/2012

Le réseau social aux plus de 800 millions d'utilisateurs a été indisponible dans plusieurs pays européens, asiatiques et africains pendant deux heures mercredi matin. Un problème de serveurs semble être à l’origine de l'incident.

Des dizaines de milliers d’internautes, essentiellement européens, qui se connectent dès leur réveil sur Facebook, ont dû ressentir un certain manque ce mercredi. Pendant près de deux heures, entre 7h et 9h, le roi des réseaux sociaux ne répondait plus pour une partie d’entre eux. Une panne qui a affecté aussi bien les utilisateurs de pays européens comme la France et l’Allemagne que d’autres internautes en Asie et Afrique. Le continent américain a, quant à lui, été épargné.

La répartition géographique des tweets sur la panne de Facebook

Facebook a reconnu qu’un problème technique avait pu empêcher certains utilisateurs d’accéder au réseau. Mais le géant américain ne s’est pas attardé sur les raisons de cette première grosse panne de son histoire. Dans un communiqué laconique, la star des réseaux sociaux affirme “avoir résolu les problèmes techniques” et “s’excuse de ce contretemps”.

Une absence d’explications qui met la Toile en émoi, spéculant sur les causes de cet incident. Si, en Allemagne, une rumeur a, pendant un certains temps, attribué cette panne à une attaque informatique des Anonymous, la thèse la plus répandue évoque un problème de serveurs DNS (Domain name system). En d'autres termes, lorsque les internautes ont tapé ce mercredi facebook.com dans leur navigateur, ce dernier n'a pas réussi à contacter les serveurs de Facebook pour afficher le site.

DNS en cause

Reste à savoir pourquoi, dans ces conditions, seules certaines zones géographiques ont été affectées. Et pourquoi tous les internautes des pays touchés n’ont pas souffert de cette panne. En fait, Facebook dispose de milliers de serveurs afin de stocker les données personnelles des près de 850 millions d’utilisateurs. Il semble que seulement une partie d’entre eux ait été indisponible pendant les deux heures fatidiques.

Le nombre exact de serveurs dont dispose le site est inconnu. En 2009, Facebook, qui n’avait pas encore atteint les 500 millions d’utilisateurs, reconnaissait avoir plus de 30 000 serveurs. L’incident qui a affecté le site mercredi matin montre que le réseau social a réparti les serveurs en fonction de l’origine géographique de ses utilisateurs qui n'ont pas tous été affectés. En effet, pour un même pays, Facebook dispose de plusieurs serveurs, et seule une partie d'entre eux ne répondait plus.

Jusqu’à présent, tous les serveurs de la star de la Silicon Valley se trouvaient aux États-Unis. Mais le site a décidé d’installer ceux qui gèrent les données des utilisateurs européens dans une “ferme à serveurs” qu’il est en train de construire en Suède et qui devrait être prête à fonctionner en 2014.

Première publication : 07/03/2012

  • TECHNOLOGIES

    Facebook fait un premier pas vers son introduction en Bourse

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    L'introduction en bourse de Facebook en six points

    En savoir plus

  • INTERNET

    L’Irlande demande à Facebook de clarifier sa politique en matière de protection de la vie privée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)