Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

Economie

Olympus et trois de ses ex-dirigeants mis en examen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2012

Le spécialiste japonais des appareils photo et trois ex-dirigeants du groupe ont été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur une dissimulation de pertes de plus d'un milliard d'euros par l'entreprise.

AFP - Le procureur de Tokyo a mis en examen mercredi la société japonaise spécialiste des appareils photo et endoscopes Olympus, ainsi que trois de ses anciens dirigeants impliqués dans un scandale de dissimulation d'une perte financière de plus d'un milliard d'euros.

La décision a été prise à l'issue de la période de détention de 20 jours de l'ancien PDG Tsuyoshi Kikukawa, soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans le maquillage des comptes de la compagnie, et ce depuis les années 1990.

Le procureur a estimé que M. Kikukawa, 70 ans, son ancien bras-droit, Hisashi Mori, 54 ans, et l'ancien contrôleur de gestion Hideo Yamada, 67 ans, ainsi que trois conseillers financiers extérieurs à l'entreprise avaient pris part à cette conspiration.

Le même chef d'inculpation a été prononcé à l'encontre d'Olympus en tant que société.

Le parquet a par ailleurs ordonné la remise en détention des trois ex-dirigeants d'Olympus -- arrêtés une première fois le 16 février -- et de l'un des conseillers financiers, Akio Nakagawa, pour avoir menti dans des documents financiers en 2008, 2009 et 2011.

Mardi, la Commission japonaise de contrôle des opérations en Bourse (SESC) avait porté plainte auprès du Procureur de Tokyo pour violation présumée des règles de fonctionnement du marché boursier.

S'ils sont jugés coupables, les dirigeants d'Olympus pourraient écoper de dix ans de prison ou d'une amende de près de 10 millions de yens (93.000 euros), tandis que la compagnie devrait payer jusqu'à 700 millions de yens d'amende (6,5 millions d'euros), selon la presse.

Ce nouveau rebondissement n'implique cependant pas la radiation immédiate de l'action Olympus à la Bourse de Tokyo, laquelle a aussi enquêté sur l'affaire et a pour le moment décidé de maintenir le titre coté.

Première publication : 07/03/2012

  • JAPON - TECHNOLOGIES

    Menacé d'exclusion boursière, Olympus publie ses véritables résultats

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIE

    Olympus reconnaît avoir caché ses pertes depuis vingt ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)