Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

Abdoulaye Wade et Macky Sall entrent en campagne pour le second tour

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2012

Début de campagne pour le second tour de l'élection présidentielle sénégalaise, qui se tiendra le 25 mars et qui opposera le chef de l'État sortant, Abdoulaye Wade (photo), à son ancien Premier ministre Macky Sall.

AFP - Rivaux du second tour de la présidentielle sénégalaise du 25 mars, le sortant Abdoulaye Wade et son ex-Premier ministre Macky Sall sont entrés jeudi en campagne pour deux semaines, M. Sall, fort du soutien de la quasi-totalité de l'opposition, apparaissant comme favori.

Officiellement, la campagne du second tour a débuté dès la proclamation mardi après-midi par le Conseil constitutionnel des résultats définitifs des résultats du premier

Portrait de Macky Sall

tour du 26 février, plaçant en tête le président Wade avec 34,81% des voix devant Macky Sall (26,58%).

Mais aucun grand meeting n'a encore eu lieu, ils se préparent, indique-t-on dans l'entourage des deux candidats.

L'un devrait rassembler prochainement à Dakar tous les candidats malheureux du premier tour membres du Mouvement du 23 juin (coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile), qui ont décidé de faire front commun contre le président sortant en apportant leur soutien à Macky Sall.

Depuis sa performance du 26 février, M. Sall a multiplié les rencontres avec eux, en particulier les trois principaux arrivés derrière lui au premier tour, Moustapha Niasse (13,20%), Ousmane Tanor Dieng (11,30%) et Idrissa Seck (7,86%).

Il a aussi rencontré les neuf autres candidats ayant obtenu chacun moins de 2% des voix, les leaders du collectif de jeunes Y'en a marre, ceux des organisations de la société civile du M23, et le célèbre chanteur Youssou Ndour dont la candidature avait été rejetée par le Conseil constitutionnel.

Mathématiquement, avec le soutien affiché de toutes ces composantes de la société sénégalaise dont l'objectif prioritaire est de se débarrasser du régime de M. Wade, 85 ans dont 12 au pouvoir, Macky Sall, 50 ans, devrait largement gagner le second tour avec plus de 60% des voix.

"Le Sénégal est un pays d'hommes libres", rétorque El Hadj Amadou Sall, porte-parole du candidat Abdoulaye Wade en affirmant à l'AFP que celui-ci et ses partisans abordent la campagne avec "confiance et combativité".



Rencontre avec les leaders religieux



Selon lui, M. Wade devait se rendre jeudi en province rencontrer les responsables des confréries musulmanes des Mourides et des Tidjanes, très influentes.

Wade, lui-même mouride, "est convaincu que seuls des 'ndigueuls' (consignes de vote en langue nationale wolof) des autorités maraboutiques peuvent l'aider à refaire son retard sur le papier", écrit le site d'informations en ligne Dakaractu.com

Le camp présidentiel compte aussi mobiliser une partie des 48,42% d'abstentionnistes du premier tour.

Les quatre semaines ayant précédé ce premier tour ont été marquées par des violences liées à la contestation de la candidature du président Wade à un nouveau mandat, qui ont fait de 6 à 15 morts, selon les sources, et au moins 150 blessés.

Les partisans du chef de l'Etat sortant estiment que la crainte de violences lors du scrutin, qui s'est déroulé sans incidents majeurs, a dissuadé de nombreux électeurs.

La nouvelle candidature d'Abdoulaye Wade a été jugée anticonstitutionnelle par l'opposition, pour qui il a épuisé ses deux mandats légaux (élu en 2000, réélu en 2007), ce que contestent ses partisans en soulignant que des réformes de la Constitution en 2001 et 2008 lui donnaient le droit de se représenter.

Un opposant, Malick Noël Seck, a été condamné jeudi à Saint-Louis à un mois de prison avec sursis pour "détention d'armes sans autorisation administrative".

Il avait été emprisonné pendant trois mois d'octobre 2011 à janvier 2012 pour "menace de mort" et "outrage" à magistrat après avoir remis au Conseil constitutionnel une lettre dans laquelle il jugeait "immorale" la candidature de M. Wade à un nouveau mandat.

Première publication : 08/03/2012

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Le second tour de l'élection présidentielle fixé au 25 mars

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Abdoulaye Wade et Macky Sall se lancent dans une course aux alliances

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE SÉNÉGALAISE

    Abdoulaye Wade affrontera Macky Sall au second tour

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)