Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

Moyen-orient

Kofi Annan redoute une plus grande militarisation du conflit syrien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2012

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, a déclaré jeudi au Caire redouter qu'une plus grande militarisation n'aggrave la situation syrienne. Il encourage le gouvernement et l'opposition à trouver une solution politique au conflit.

AFP - L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan a estimé jeudi qu'une plus grande militarisation du conflit allait aggraver la situation dans le pays et appelé l'opposition à coopérer avec les efforts internationaux pour parvenir à une solution à la crise.
              
Arrivé mercredi au Caire, M. Annan qui a dirigé les Nations unies entre 1997-2006, doit préparer sa première visite à Damas, prévue samedi. Celle-ci a été accueillie favorablement par le régime syrien.
              
"Je pense qu'une plus grande militarisation va aggraver la situation", a-t-il déclaré à des journalistes au Caire après des discussions avec le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi.
              
"Nous devons faire attention de ne pas recourir à un remède qui soit pire que le mal", a ajouté M. Annan, nommé le 23 février émissaire conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.
              
L'ancien secrétaire général de l'ONU a mis en garde contre un "possible impact de la Syrie sur la région s'il y avait une quelconque erreur de calcul" soulignant que les efforts diplomatiques devaient se poursuivre.
              
Il a également appelé "l'opposition syrienne à venir travailler avec nous pour trouver une solution qui répondra aux aspirations du peuple syrien".

             
"Nous ferons tout ce qui est possible pour aboutir à la fin des hostilités et mettre fin aux massacres et aux violences", a ajouté M. Annan. "Mais la solution ultime réside dans un règlement politique", a-t-il encore ajouté.
              
Environ 8.500 personnes, en majorité des civils, ont été tuées dans les violences depuis le début de la révolte en Syrie à la mi-mars 2011, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
              
Kofi Annan a aussi eu un entretien avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohammed Amr.
              
Une "explosion" de la situation en Syrie "n'aurait pas seulement des conséquences internes mais se propagerait à l'ensemble de la région", a indiqué le ministre égyptien selon son porte-parole.
              
M. Amr avait mis en garde mercredi contre une guerre civile en Syrie si des armes étaient fournies à l'opposition.
              
Armer l'opposition et sa branche militaire l'Armée syrienne libre (ASL), une force composée en majorité de déserteurs, "mènerait à une escalade dans le conflit militaire et déclencherait une guerre civile en Syrie", avait-il dit.
              
Le Conseil national syrien (CNS), principale instance de l'opposition, a indiqué la semaine dernière vouloir organiser des livraisons d'armes à destination des rebelles syriens.
              
Certains pays arabes, comme le Qatar ou l'Arabie saoudite, se sont déclarés favorables à l'armement de l'ASL qui appuie par les armes la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad dans un contexte de militarisation croissante du mouvement lancé il y a presque un an.
              
Pour sa première mission en Syrie, Kofi Annan sera accompagné par son adjoint, l'ancien ministre palestinien des Affaires étrangères Nasser al-Qidwa.

 

 

Première publication : 08/03/2012

  • SYRIE

    Le Croissant-Rouge et la chef de l'humanitaire à l'ONU se rendent à Baba Amr

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Baba Amr, "chaque jour qui passe est un jour de perdu"

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'émissaire de l'ONU Kofi Annan attendu le 10 mars à Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)